comment-apprendre-la-photo.fr-Flou-au-Louvre

Découvrir, lire, construire une image ou photographie

Comme vous certainement, je n’aime pas les touristes bariolés dans la rue principale du Mont Saint-Michel, Fougères ou Carcassonne.
On se contorsionne, on attend que la rue se vide et on enregistre … une photo vide !

Une photo vivante

Il est très important de garder de la vie dans ses photos.

 

comment-apprendre-la-photo.fr-Flou-au-Louvre

Flou au Louvre

Il faut savoir que l’œil est attiré par un certain nombre d’éléments avec une sorte de hiérarchie.
Ce que je vais vous indiquer reste une généralité à laquelle vous pouvez être plus ou moins sensible.
Mais il est bon de connaître cet aspect de la découverte d’une image, en plus du sens de lecture.

En effet, successivement nous allons passer d’un intérêt principal à la découverte progressive de tous les constituants d’une image dans un certain ordre.

En manipulant astucieusement ces différentes composantes de l’image en complément de la règle des tiers, il est possible pour le photographe, de guider, maintenir, voir river le regard du spectateur.

L’élément humain

Si un être humain est présent dans une photo il va attirer le regard en premier.
Encore plus si c’est un nu et s’il est sur un point de force, bien entendu.

Les animaux

Ensuite, viennent les animaux.
Si aucun être humain n’est présent, le premier animal figurant dans l’image captera l’intérêt, ou du moins attirera le regard.

Les êtres vivants, humains ou animaux, nous attirent, nous sommes programmés pour cela.
Vieilles habitudes pour chasser et rester en vie !

Le mouvant

Sans être vivant, le mouvant attire notre œil :

  • Chute d’eau ;
  • nuage ;
  • drapeau ;
  • vagues…
  • tout ce qui bouge.

La végétation

Tout ce qui pousse, viendra ensuite.

Le minéral

En dernier lieu, le minéral retiendra votre attention.
Un rocher, un galet…

Les exceptions

Bien entendu, selon vos intérêts dans la vie, cette hiérarchie peut se trouver modifiée.

Un géologue sera très vite attiré par le minéral et un zoologue plus rapidement interpellé par un fourmilier ou un lézard que par la belle blonde en train de se baigner nue !

Comment faire ?

  1. Une technique simple, appareil photo en pose longue (1/15 à 1/25 ) sur pied ou avec le stabilisateur d’image, vous enregistrez votre petit monde en mouvement légèrement bougé.
    Plus de problème de droit à l’image et les T-Shirts bariolés se noient dans le décors.
    Il suffit de bien choisir sa proie pour harmoniser les couleurs !
  2. Vous jouez sur la profondeur de champ et choisissez une « victime » en plan rapproché, éventuellement de dos, que vous traiterez dans un flou plus ou moins prononcé.
  3. A l’étranger, c’est plus aisé, il est plus facile dans certains pays d’avoir des « figurants » couleur locale, qui ne posent aucun problème, au contraire.
  4. Un âne, un chien, un chat, un cheval dans une cité médiévale, ne posent évidemment aucun soucis leur non tenue vestimentaire les conservant hors d’âge.
    A quand le naturisme urbain dans les cités médiévales et les paysages grandioses !
    A méditer …
  5. Pour les voitures, motos et panneaux de signalisation, c’est une autre histoire et en fin de compte, je pense que par leur agressivité visuelle ils battent en brèche cette superbe étude !
    Encore qu’une belle auto, une belle moto ou un vélo bien placé(e) dans un paysage permet de construire une très belle image évocatrice.

De quelle manière cette hiérarchie de la lecture et découverte d’une image résonne-elle en vous ?

Dites nous en commentaire ci-dessous si vous ressentez cette lecture progressive en découvrant une nouvelle image.

Pensez à liker et dire ce que vous en pensez !

8 Comments

  • nanardpvt18

    Reply Reply 15 novembre 2012

    Encore des techniques et suggestions qui me permettront de sortir de mon application stricte de la règle des tiers (C’est mon problème, je trouve que même si les choses sont à leurs places, elles le sont trop. Du coup, je trouve que tous mes clichés se ressemblent…). Merci Patrick !

  • Franck

    Reply Reply 14 août 2012


    Patrick:

    Quelquefois s’obliger à traiter un sujet, un peu comme un professionnel obligé d’honorer une commande, est très formateur.Mieux, il se peut même que vous vous découvriez des dons pour un sujet ou une technique qui ne vous attire pas !A vous de décider vos limites entre plaisir de photographier ce que vous aimez et les contraintes nécessaires pour se perfectionner.
    VN:F [1.9.20_1166]

    Bonjour Patrick.
    Le côté formateur ne fait aucun doute,mais apprendre en se faisant plaisir est tellement plus ludique !
    Là ou ton article est excellent,c’est que malgré ma répugnance naturelle envers ce genre de sujet photo,je vais quand même faire quelques clichés,et qui sait,si j’y trouverai peut-être un certain plaisir,mais ce ne sera pas immédiat !

    please wait…

    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.20_1166]

    Rating: 0 (from 0 votes)

  • Yves-marie

    Reply Reply 10 août 2012

    Merci, ça fait du bien d’avoir des notions qui sont clairement exprimer et directement applicables, ça remet des points au clair bien que nous les appliquions plus ou moins confusément. Ym.

  • D Arnaud

    Reply Reply 9 août 2012

    Bon article : oui, l’élément humain… sur un sentier forestier, une personne de dos, seulement une silhouette…

  • Franck

    Reply Reply 9 août 2012

    Bonjour;

    Vaste sujet en effet,et il me semble bien que le 1ier critère à considérer est la sensibilité du photographe.
    Ce sujet tombe à point nommé:
    Un marché d’antan dans une petite cité Bretonne s’est déroulé il y a quelques jours…et l’appareil photo est resté à la maison par choix !
    Je ne sais appréhender et faire ressentir l’ambiance dans une manifestation.
    Pas facile,entre le défilé de véhicules anciens,les lavandières en tenue d’époque et la foule « bigarrée »de sortir un cliché qui me plaise…(en argentique,le gars).
    Et une fois encore,comme ma sensibilité personnelle me porte plus vers les paysages,la faune,la flore,et l’architecture,je me suis abstenu !
    On ne photographie bien que ce que l’on aime.

    • Denis

      Reply Reply 9 août 2012

      Tout à fait en accord avec toi. Il faut d’abord vibrer soi meme avant de photographier. Rien ne sert de se forcer et la sensibilité c’est inné.

    • Patrick

      Reply Reply 13 août 2012

      Quelquefois s’obliger à traiter un sujet, un peu comme un professionnel obligé d’honorer une commande, est très formateur.
      Mieux, il se peut même que vous vous découvriez des dons pour un sujet ou une technique qui ne vous attire pas !
      A vous de décider vos limites entre plaisir de photographier ce que vous aimez et les contraintes nécessaires pour se perfectionner.

  • Marie ROGER

    Reply Reply 9 août 2012

    très intéressant

Leave A Response

* Denotes Required Field