vig_eclairage

Notions d’éclairage en photographie

Tout autant qu’en peinture, la qualité de l’éclairage est essentielle pour traduire ce que le photographe ressent devant une scène.

Sans lumière, pas de photographie

Bien que ce soit pour beaucoup une évidence, il me semble utile de rappeler que sans lumière, il n’y a pas de photographie possible !

Pourquoi commencer cet article par une telle banalité ?
Trop souvent les amateurs se perturbent les méninges quant au choix du boîtier, de l’objectif…
Ils peuvent disserter des heures durant sur la finesse de telle ou telle pellicule, sur la taille du capteur et son nombre de photo-sites, et se préoccuper très peu de l’élément le plus important : la qualité de l’éclairage, la qualité de la lumière !
Avec une bonne lumière, je vous assure que l’on fait des miracles avec un appareil très simple, comme il est aisé de faire une image médiocre avec le plus beau des reflex, avec une lumière mal adaptée à son sujet.

Qualité de la lumière

Il ne suffit pas, loin de là, d’avoir assez de lumière, en quantité suffisante, pour réussir une photographie, encore faut-il que celle-ci soit adaptée au message que l’on veut transmettre.

Le potentiel d’un éclairage réside dans trois paramètres :

  • Puissance ;
  • Qualité, douceur/dureté/contraste ;
  • Température de couleur.

La puissance d’un éclairage permet de déterminer le couple vitesse/diaphragme.
Sa dureté, de très dur à très doux ou inversement, détermine l’ambiance générale de la prise de vue ainsi que le contraste.
La température de couleur conditionne l’exactitude des couleurs reproduites.

En jouant sur cette température de couleur et en faussant volontairement les réglages, il est possible de créer une ambiance chaleureuse et confortable ou au contraire froide et stressante.
Par le choix de la température de couleur, il est possible de modifier l’ambiance générale d’une prise de vue.

Lumière incidente et lumière réfléchie

Ces deux notions doivent être parfaitement connues.
Elles servent à mieux comprendre la qualité d’un éclairage.
Elles correspondent à deux méthodes de mesure de la quantité de lumière pour régler l’appareil photo : mesure incidente et mesure réfléchie.

Mesure en lumière incidente

La lumière incidente est composée de l’ensemble des rayons lumineux émis par la source de lumière, qui atteignent l’objet observé, puis photographié, sans rencontrer aucun obstacle.

En photographiant un coucher de soleil, nous photographions directement la source de lumière, notre image sera issue des rayons de lumière incidente.

Mesure en lumière réfléchie

La lumière qui produit l’image d’un objet sur le négatif ou le capteur d’un appareil photographique est presque toujours de la lumière réfléchie par l’objet lui-même.

En dehors des prises de vues où la source de lumière est intégrée dans le cadrage (coucher de soleil, flamme d’une bougie, feu de bois dans une cheminée etc.) l’image est formée par des rayons de lumière réfléchie.

La lumière réfléchie peut-être utilisée comme une source de lumière.
Elle est composée d’un ensemble de rayons lumineux, émis par une source de lumière (lumière incidente), qui éclairent une surface réfléchissante un réflecteur.

L’objet photographié est éclairé par les rayons lumineux qui, après avoir percuté le réflecteur, sont renvoyés, par rebond, vers cet objet.

Modelage de la lumière

La lumière incidente est généralement une lumière dure, fournissant un éclairage à haut contraste.
C’est le cas de la lumière solaire, par beau temps, sans nuage.

Toutefois, si cette lumière incidente se trouve diffusée, elle sera adoucie tout en restant incidente.
C’est le cas de la lumière solaire éclairant une scène, par temps nuageux.

La lumière solaire est alors diffusée par le nuage.

Lumière réfléchie

La lumière réfléchie, dans la nature, peut l’être de multiples façons.

Par le mur d’une construction, par le sol, par un réflecteur tenu par un assistant ou fixé sur un pied.

Par temps très gris, couvert, la lumière sera molle, froide.
Difficile dans ce cas de faire une photo exprimant la joie de vivre !

Difficile également de faire ressortir la beauté d’une œuvre architecturale ou d’une statue !

Pour montrer l’agression de l’architecture moderne, l’ennui qu’elle peut susciter, du malaise de vivre dans des zones trop urbanisées, c’est peut-être le moment…

Lumière et contraste

En dehors de certaines prises de vues en studio, il existe peu de cas où une prise de vue se fait à 100 % en utilisant la lumière incidente.

La nature qui nous environne, qu’elle soit champêtre ou urbaine, va réfléchir une partie de cette lumière incidente ce qui permet la plupart du temps de disposer d’un contraste raisonnable pour réaliser nos images.

Attention, l’été, de 10 h du matin à 16 h, par beau temps, sans nuage, la lumière est trop dure, le contraste trop élevé.
Pour réaliser des photos de personnages vous aurez intérêt à utiliser soit un réflecteur soit un flash (même le petit flash intégré).
Ce n’est pas le soir en intérieur qu’il se montre le plus utile et efficace !

C’est peut-être aussi le moment de découvrir les joies de la photo sous-marine !

Pensez à liker et dire ce que vous en pensez !

3 Comments

  • Jean-Marc TALENTON

    Reply Reply 13 novembre 2014

    Une petite vidéo qui illustre bien l’importance de la lumière.
    Un visage change avec la lumière

  • dominique

    Reply Reply 9 mars 2012

    Super article, comme tous les autres d’ailleurs.
    En parlant de lumiere et de contraste, je voudrai savoir comment faire pour éviter les sur-expositions sur certaines parties de la photo en situation de contre jour tout en gardant un bon contraste?
    Ce n’est, pour moi, pas évident du tout…

  • Yves-marie

    Reply Reply 28 février 2012

    Merci, ça fait toujours du bien de rafraichir la mémoire, ça remet les choses au point.
    Yves-marie.

Leave A Response

* Denotes Required Field