Schém animé du fonctionnement d'un obturateur central

Obturateur central

L’obturateur central doit son nom au fait qu’il est situé dans l’objectif, près du centre optique.
Chaque objectif interchangeable est équipé d’un obturateur.

  • Le coût des objectifs est augmenté.
  • D’un objectif à l’autre il arrive de constater des différences d’exposition, tous les obturateurs ne fonctionnant pas exactement à la même vitesse, surtout en vieillissant.
  • Par contre une panne d’obturateur n’est pas très dommageable, il suffit de changer d’objectif pour continuer à photographier !
    De plus, le boitier n’est pas immobilisé le temps de la réparation.
    A méditer !

Fonctionnement de l’obturateur central

Le fonctionnement de l’obturateur central s’apparente à celui du diaphragme.
Un diaphragme qui se ferme totalement.
Au repos, les lamelles obstruent totalement l’objectif.
La lumière ne peut pas pénétrer dans l’objectif.
Les lames s’ouvrent jusqu’à découvrir totalement les lentilles de l’objectif.
À ce moment, la totalité de la pellicule se trouve exposée la lumière.

Schém animé du fonctionnement d'un obturateur central

Dans un deuxième temps, les lames reviennent à leur position de départ et obturent à nouveau l’objectif.

Obturateur Central et Synchro M

La synchro M, pratiquement disparue des appareils modernes est prévue pour l’utilisation des flashs magnésiques.
L’allumage se fait dès le déclenchement, avant ouverture de l’obturateur.
Le flash magnésique tel une allumette que l’on vient de frotter sur la boite, s’embrase en totalité, pendant que les lames s’ouvrent.
Il atteint sa plus grande luminosité au moment où les lames sont totalement ouvertes, avant le cycle de fermeture.
Pour tenir compte du délai d’embrasement, il est nécessaire avec ce type d’obturateur d’utiliser des temps de pose plus long ou égaux au 1/30″.

Obturateur Central et Synchro X

Sur cette position réservée à l’utilisation des flashs électroniques, l’allumage du flash se produit en fin d’ouverture des lames.
L’éclair du flash étant instantané, celui-ci a le temps de délivrer toute sa puissance pour illuminer la scène, avant que le cycle de fermeture des lames ne se produise.

L’obturateur central permet donc d’utiliser le flash électronique à toutes les vitesses.

À part quelques modèles qui ont atteint le 1/700, ce type d’obturateur fonctionne en général au 1/500 pour le temps de pose le plus court.

Performance très théorique.
L’inertie des lames, l’huile se gomme avec le temps.
Au final, le temps de pose réel se situe souvent aux alentour du 1/350.
Même si je suis un fervent défenseur de l’obturateur central, j’en connais ses limites.
Je ne l’utilise jamais au dessus du 1/250, amplement suffisant dans la plupart des prises de vues faites au moyen format.

Obturateur Central et Flash Électronique de Studio

Toutefois, avec des flashs de studio de grande puissance, il convient de vérifier la durée exacte du temps d’éclair.
Il n’est pas rare en effet de trouver des temps d’allumage du tube éclair de 1/250 voire même 1/175 de seconde avec les générateurs les plus puissants ou de bas de gamme.

Dans ce cas, utiliser l’obturateur au 1/500 aboutit à une sous-exposition, l’obturateur se refermant avant la fin de l’éclair du flash.
De plus, les photos prises dans de telles conditions risquent de présenter une dominante bleu.
Pour en savoir plus sur le flash électronique cliquez ici !

Pensez à liker et dire ce que vous en pensez !

2 Comments

Leave A Response

* Denotes Required Field