Photo argentique, le retour ?

Nostalgie, quand tu nous tiens

Cette vidéo « Argentique ou numérique ? Le grand retour de nos vieux appareils ! » apporte matière à réfléchir sur ce que représente la photo pour nous, aujourd’hui.

La photographie argentique dépassée par la  photo numérique ?

Les plus jeunes photographes n’ayant connu que la photographie numérique seront sans doute intéressés par ces réflexions autour de la photographie argentique.


Quelques exagérations d’un argentiste un peu intégriste sur les équivalences pixel/définition négatif… il en est resté aux compacts.

Heureusement pour certains, malheureusement pour d’autres, le numérique a largement dépassé les possibilités du film argentique en utilisant des grands capteurs.
Le problème majeur vient des prix exorbitants et de l’obsolescence ultrarapide du matériel, rendant inenvisageable ce type de matériel pour un amateur.
Le film argentique, lié au matériel d’occasion bradé, permet de découvrir la poésie du matériel professionnel à un coût très raisonnable.

Et vous, que pensez-vous de tout ça ?

Êtes-vous inconditionnel argentique, intégriste numérique ou simplement amoureux(se) de l’image ?

 

Ce contenu a été publié dans Pratique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Photo argentique, le retour ?

  1. Giemmee dit :

    Je viens de lire l’article. Pas tout frais, semble-t-il.
    Pour ma part je pense que le numérique est une véritable révolution par rapport à l’argentique. J’ai pu faire d’énormes progrès depuis que je suis passé au numérique: La possibilité de tester des expos différentes, plus de déception en allant chercher les tirages et le plaisir de développer mes RAW.
    Question budget, c’est vrai que les reflex et mêmes les hybrides numériques sont chers. Personnellement j’ai deux boitiers que je trouve complémentaires, un nikonD3200, pas trop mal pour un entrée de gamme acheté neuf env. 500€ avec un objectif standard et un nikonD80 acheté d’occasion 150€ nu chez un pro avec une garantie + quelques objectif, la plupart achetés d’occasion, + quelques babioles achetés sur le fameux site de ventes au enchères cité il y a un an par ormelune. J’estime donc mon matériel pour environs 1000€.
    Bien sur on peut comparer ça avec des boîtiers argeentiques achetés d’occasion à très bas prix + des pellicules + le développement, mais trouvera-t-on encore longtemps des films sur le marché? Je me suis laissé dire par des mordus de l’argentique qu’ils avaient de plus en plus de mal à trouver les produits pour le développement.

    • Patrick dit :

      Cet article est récent !
      C’est tout à fait juste, le numérique, en permettant de voir immédiatement les résultats permet de progresser plus vite.
      Faire de l’argentique avec du très beau matériel est une démarche à part, comme faire de la peinture, conduire une voiture de collection etc…
      C’est autre chose, mais loin de moi, l’idée d’inciter à tourner le dos au numérique, ce serait tout bonnement stupide !

  2. ormelune dit :

    Des réflexions intéressantes et qui résument bien la chose…vue à travers la lorgnette de citadins invétérés.
    Pour les gens qui ont connu aussi bien la vie urbaine que la vie loin des centres urbains, la vision est plus nuancée, restant dictée par le cout (critère que seul internet permet de court-circuiter à coup sur). Oui en effet ce qui me freinait avant la vulgarisation du numérique, c’était le prix pour de bons appareils argentiques : je n’avait donc que des compacts bon-marché qui me décevaient rapidement alors que je n’allais jamais au bout de leurs possibilités même limitées, dommage. Ensuite restant limitée par mon budget je me suis mise à acheter des appareils jetables dans les supermarchés, pas chers et sans surprise ni risque, mais tout aussi limités. Puis je me suis offert un abonnement internet et là le déclic, grace à des sites de vente-en-ligne et de test & avis: 1 compact numérique entrée de gamme neuf (qui m’a accompagné durant 5 ans et m’a procuré bien du plaisir malgré les limites du zoom-optique-x-3). La découverte d’un célèbre site d’enchères, le plus grand vide-grenier de France, pour gouter aux appareils argentiques d’occasion, et mieux m’équiper pour mes balades en montagne, afin d’immortaliser les animaux croisés furtivement au hasard… Donc le numérique et l’argentique, se rejoignant au travers d’internet, pour moi l’un ne va pas sans l’autre. Et suivant où on vit et donc quel genre de photos on veut prendre, les critères de choix et les techniques qu’on veut apprendre vont changer. Maintenant fini la montagne (hélas) alors place à d’autres sujets de curiosité photographique, car il serait dommage de s’encrouter. Comme il ressort d’un autre de vos articles très pertinents, il faut savoir titiller sa créativité en diverses circonstances et indépendamment du matériel dont on dispose. Ainsi prendre des photos reste ludique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>