La Verrerie de Portieux-(Vosges) par jfgornet

Photographe professionnel ou photographe amateur ?

Quelle est la vraie différence entre un photographe amateur et un photographe professionnel ?
Ni le matériel, ni les compétences techniques, la différence se situe ailleurs.
 
Mieux Photographier

Les contraintes du photographe professionnel

A tout moment, le photographe professionnel doit être prêt à répondre aux commandes les plus variées.

 

La Verrerie de Portieux-(Vosges) par jfgornet

Magnifiée par les photographes professionnels, boudée par les photographes amateur, la verrerie est un sujet passionnant – Verrerie de Portieux-(Vosges) par jfgornet

 

Il est très courant de devoir photographier une jolie femme en maillot de bain, sous un parasol et un soleil torride, sur les bords de la Seine… en plein mois de janvier !
Et oui, les illustrations de catalogues se photographient quelques mois avant la saison !

Les budgets ne sont pas toujours importants et le photographe doit trouver les astuces pour créer l’ambiance.
Photoshop n’est pas la panacée.

L’approche du photographe amateur

Le photographe amateur photographie les sujets qui le tentent, quand sa sensibilité le porte à photographier, quand la lumière est bonne.

Ça me rappelle mon ami Henri Noël, du studio M+H, qui avait décidé d’embaucher un photographe pour le seconder, et à terme le remplacer pour diriger le studio.
Le candidat devait être polyvalent et maitriser parfaitement la photographie de verrerie et bijoux, deux créneaux rémunérateurs mais particulièrement délicats.

L’offre et le salaire étant motivants, il a reçu des candidatures d’un peu partout en Europe.

J’ai encore bien en mémoire le book d’un photographe allemand.
Des photographies superbes de verreries, de bouteilles prises en situation sur des terrasses de café.

Sa candidature était suffisamment sérieuse pour le faire se déplacer à Paris.
Je revois Henri, et lui demande où il en est avec ses recherches.
A propos de ce photographe, il me dit « il a été totalement infoutu de me sortir une bouteille de Pastis ! »

Et oui, il travaillait en amateur.

Un bon, un excellent amateur, mais un amateur !
Il déclenchait quand tous les éléments étaient réunis pour faire une bonne photo.
Par-ci, par-là, il rajoutait un réflecteur, un coup de flash…

Mais il ne savait pas recréer en studio, à la demande, ce qu’il aimait photographier.

La différence entre un photographe amateur et un photographe professionnel se situe à ce niveau.

Ce n’est pas une question de matériel, mais une question de photographe !
Même avec un compact, si la lumière est bonne, la mise en scène est bonne, la photo sera.
Ensuite, selon le niveau de la commande, l’exigence de qualité, il suffira de mettre l’appareil adéquat devant le sujet.
Mais l’appareil n’est qu’un détail qui déterminera seulement le niveau de qualité de la photographie.

La photo existera par le savoir faire du photographe, sa capacité à créer un environnement, une ambiance.

Au final, découragé après de multiples rencontres, Henri a renoncé à son projet et a embauché une apprentie qu’il a formé au métier de photographe.
Solution plus longue, mais qui lui a permis d’avoir la photographe qu’il recherchait.

Est-ce votre façon de voir la différence entre photographe amateur et photographe professionnel ?
Faites-moi part de votre ressenti à ce sujet, ça m’intéresse de connaitre votre avis.
 
Mieux Photographier
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Pensez à liker et dire ce que vous en pensez !

10 Comments

  • Hornick

    Reply Reply 2 février 2013

    Bonjour Patrick
    Vous avez tout fait raison .
    Il y a une sorte de dictature du matériel .on nous fait croire qu’il faut absolument avoir le top du matos pour faire qq chose de valable (et c’est valable pour tout les domaines)

  • Chantal Faucher

    Reply Reply 21 août 2012

    Je suis tout à fait d’accord avec cette idée du photographe amateur, c’est à dire que c’est la sensibilité, la créativité qui est à mettre au premier plan. Mais bon, avoir du bon matériel en plus ça peut aider !
    Chantal

  • ettori

    Reply Reply 17 août 2012

    Bonjour,
    ce qui est dit est juste, il est le résultat de la 1ière différence entre l’amateur et le pro : l’amateur photographie pour son plaisir, le pro pour gagner sa vie (définition du petit Robert en gros).
    Néanmoins, il existe des pro qui refusent de faire un sujet qui ne leur plaît pas et des amateurs qui se lanceront sur un sujet à la demande. C’est probablement rare. Je ne pense pas que tout cela soit important, oui pourvu que la photo soit belle!

  • Yves-marie

    Reply Reply 14 août 2012

    C’est vrai que la grande différence est entre une nécessité intérieure dictée par la sensibilité de l’instant et une nécessité extérieure au photographe et commandée de l’extérieure. Cela n’empêche pas de faire de belles photos dans les deux cas. Le deuxième cas peut même être l’origine de créativité, voire d’artificialité, pour trouver des moyens, souvent onéreux, pour répondre aux exigences reçues mais, dans ces cas les commanditaires ont des moyens financiers important !

  • D Arnaud

    Reply Reply 14 août 2012

    Peu de photographes amateurs ont le niveau des vrais professionnels, mais la vraie différence réside dans le fait que les uns exercent un métier et les autres une passion, que les uns doivent satisfaire à une commande et que les autres seront perfectionnistes au delà de l’utile, que les uns ont fait des études et que les autres sont autodidactes.
    La différence est aussi que si je demande à un pro de me faire un album de mariage, il le réalisera en fonction de mes goûts alors que le travail de l’amateur visera d’abord son plaisir de photographe.
    C’est comme en rédaction journalistique : on écrit pour être lu, pas pour se faire plaisir…
    Pour conclure, l’idéal pour un pro est devenir en plus un amateur, et l’idéal pour un amateur est de devenir un pro par passion.

  • Jean

    Reply Reply 14 août 2012

    Vous avez tout à fait raison.

    J’ai vu récemment dans une émission (66 minutes pour ne pas la nommer)
    qu’une photographe pro qui vend des photos dans une galerie,.
    parfois vend aussi des photos prises…
    avec un iphone « tout simplement, et non un
    matériel de « pro » « .

    Jean

  • Franck

    Reply Reply 14 août 2012

    Bonjour Patrick
    Je ne connais rien ni personne dans le milieu de la photo pro…Pas facile donc d’imaginer le travail d’un professionnel !
    En tant que pur débutant amateur,ma limite est très simple: La photo est et resera un loisir et durera tant que durera le plaisir !
    J’magine le pro coïncé entre des contrats,des objectifs à respecter,des horaires décalés,des sujets qu’il n’aime pas particulièrement,les astuces qu’il doit inventer,les délais impossibles à tenir..Comme dans beaucoup de professions,je suppose que c’est la PASSION qui fait tenir et avancer et qui rend toutes les contraintes supporatbles.

    • Dominique

      Reply Reply 14 août 2012

      Tout le problème entre l’amateur passionné lui-même, à la limite du professionnel et le pro, réside selon moi dans le fait de pouvoir garder son âme, son don artistique libre, indépendant de toutes contingences ou bien de devoir la vendre pour s’assurer l’alimentaire, l’économique. C’est un choix. Celui souvent du pragmatisme.

      Le ventre criant « famine » est un puissant moteur artistique. Il n’y a qu’à voir le nombre d’oeuvres, quelque soit la discipline artistique, réalisées par des artistes ayant « faim » ou connu la faim pour s’en convaincre. Il est bien connu que l’argent pourri souvent …tout hélas et fait retomber dans le « banal » si je puis m’exprimer de la sorte.

      Je pense que TOUS les photographes professionnels sont passés par là à mon avis. Je ne les juge pas, je ne les blâmes pas. Je les comprend.

      Tout comme je comprend la personne qui veut essayer de vivre de son talent le mieux possible en travaillant soit à son compte soit pour des agences.

      Puis pour terminer, un amateur même très passionné restera toujours libre. Libre de publier, de montrer son travail, d’exposer son oeuvre à la critique ou pas alors qu’un pro sera toujours et dans tous les cas, jugé par ses pairs, par ses clients, par ses patrons voir par ses obligations de résultats.

      Pas le même monde je pense …

Leave A Response

* Denotes Required Field