Pixels, ppp, dpi, résolution, définition (suite)

Que se passe-t-il quand on change la résolution d’une image ?
Pourquoi, le fichier ne change pas forcément de dimension ? Qu’est-ce que l’interpolation ?

Si vous n’avez pas lu la première partie traitant des pixels, ppp, dpi résolution et définition, suivez ce lien.

Qu’est-ce qu’une image numérique.

L’objectif projette vers l’arrière, à l’intérieur du boîtier, une image du sujet photographié, sur le capteur numérique.

Une image numérique est une mosaïque formée de petits carreaux de forme carrée : les pixels.

Ces pixels sont fournis par un capteur numérique dont le fonctionnement s’apparente à celui d’un capteur solaire.

La surface du capteur ressemble à une grille de mots croisés.

Grille de mots croisés

La mosaïque d'une photo numérique s'apparente à une grille de mots croisés. Chaque pixel d'image a son adresse et sa définition en couleur et luminosité.

Chaque case de ce capteur s’appelle un photo-site.

Chaque photo site fournit du courant électrique, sous l’action de la lumière qu’il reçoit.

Dans les parties sombres de l’image, ces photo-sites fournissent peu d’électricité.

Dans les parties les plus claires de l’image un maximum d’électricité.

À ce stade, il s’agit d’un signal analogique.

Un mini ordinateur embarqué à bord de l’appareil photo numérique transforme ces différents signaux électriques en données numériques.

Chaque photo-site du capteur numérique donne naissance à 1 pixel d’image.

Comme lorsque vous jouez aux mots croisés, chaque pixel d’image est enregistré avec une adresse du type A5, D3, sa couleur et sa luminosité.

Quelque soit la résolution choisie pour le tirage, le capteur numérique délivre toujours le même nombre de pixels.

Imaginez que votre photographie est une mosaïque de petits carreaux de carrelage carrés colorés.

En résolution maximum, le capteur de votre appareil photo fournit toujours le même nombre de carreaux.

Une fois la photo réalisée et enregistrée sur la carte mémoire, le fichier numérique contient les coordonnées de chaque carreau de mosaïque (sa couleur, sa luminosité et son emplacement dans la mosaïque).

Lorsque vous changez la résolution, sur votre ordinateur, dans le traitement d’images, vous ne changez pas le nombre de carreaux qui constituent la mosaïque, mais vous changez la taille des carreaux qui permettent de voir la photo.

Par exemple, je vais prendre des chiffres ronds pour simplifier l’explication.

Supposons que votre appareil photo vous ait fourni un fichier numérique de 4000 pixels de large 3000 pixels de haut dans une résolution de 150 pixels par pouce.



Il s’agit d’un 12 millions de pixels (3000 x 4000).

Cela veut dire que pour 2,54 cm, un pouce, vous disposez de 150 carreaux pour reconstituer votre image.

Comme vous disposez de 150 carreaux tout les 2,54 cm, votre image aura donc une taille physique de :

  • 3000/150 = 20 pouces soit 50,80 centimètres de haut ;
  • 4000/150 = x 26,66 pouces soit 67,73 centimètres.

Vous décidez, pour obtenir un tirage en qualité photographique, de passer votre résolution à 300 pixels par pouce, dans votre traitement d’images.

Un pouce, 2,54 cm, contient maintenant 300 carreaux, les carreaux doivent donc être plus petits.

Exactement deux fois plus petits !

L’image sera donc deux fois moins large et deux fois moins haute que précédemment.

La grosseur du fichier numérique, on dit le poids du fichier, n’a pas changé.

En effet, quelle que soit la taille que vous donnez à vos carreaux, ils sont toujours au même nombre 4000 x 3000 et chaque carreau est toujours défini de la même manière : couleur, luminosité et emplacement dans la mosaïque.

Impression

Si votre photo produite par un appareil photo de 12 millions de pixels (3000 par 4000 pixels) a une résolution de 300 points par pouce et que vous l’imprimez sur une imprimante ayant une définition de 300 points par pouce, vous obtiendrez un tirage de :

  • 3000/300 = 10 pouces soit 25,40 cm de haut ;
  • 4000/300 = 13,33 pouces soit 33,87 cm.

Si votre imprimante à une résolution de sortie de 150 DPI, il lui faudra deux pouces (deux fois 2,54 cm, pour afficher les 300 points par pouce de l’image d’origine.

La dimension de cette photo sera donc multipliée par deux et votre image imprimée mesurera 50,80 cm par 67,73 cm.

Au contraire, si vous imprimez votre document avec une imprimante ayant une résolution de 600 DPI, il lui faudra 2 × 300 points par pouce du fichier d’image pour imprimer un pouce sur le papier.

Deux pouces du fichier d’origine aboutiront à un pouce imprimé.

Votre image imprimée sera donc deux fois plus petite et mesurera 16,94 x 12,70 cm.

Agrandissement par Interpolation

C’est ce que fait votre zoom numérique.

Vous pouvez aussi le faire avec votre traitement d’images.

Pour comprendre ce qu’est l’interpolation, imaginez maintenant que votre photo a été reproduite en colant les carreaux de mosaïque sur un tissu élastique.

 



Cette photo mesure 24 cm x 30 cm.

Vous voulez une photo de 48 x 60 cm.

Vous tirez sur le support élastique jusqu’à obtenir la bonne dimension.

Les carreaux de la mosaïque s’écartent les uns des autres, proportionnellement.

Vous rajoutez des carreaux pour combler les vides créés dont la teinte et la luminosité sont la moyennes des teintes et luminosités des carreaux environnants.

Vous gagnez en taille mais perdez en qualité d’image, l’ensemble a perdu en netteté et précision des détails.

 

Pensez à liker et dire ce que vous en pensez !

3 Comments

  • Gilles

    Reply Reply 12 décembre 2012

    Voir mes 2 commentaires sur « Pixels, ppp, dpi, résolution, définition » pour les unités.

    Un petit truc en plus :

    Quand un imprimeur vous demande que la photo soit agrandie de 2 fois par rapport à l’épreuve que vous lui montrez, il parle de la diagonale de la photo, jamais il ne parle de la longueur, ni de la hauteur, ni du nombre de pixels de votre photo. Car dans ce cas le nombre de pixels de votre photo serait multiplié par 4 et non 2. Cela vient de l’usage du banc de reproduction photo et des premières photos (mêmes pas encore argentiques…)…

    L’imprimeur s’attendra donc à une photo agrandie par sa diagonale de 2 fois et d’une linéature à 300 dpi.

    L’informatique s’est approprié les unités de l’imprimerie et les a fait siennes à cause d’Adobe et de Mac qui ont pris le marché de la PAO fin des années 80. Il n’empêche que l’imprimeur, lui, fera la différence.

    Surtout s’il possède et imprimantes numériques et des presses Offset et qu’il vous propose ce choix attention aux unités, demandez lui, c’est plus sûr !

  • ARNAULD

    Reply Reply 2 mai 2012

    Merci pour l’article, je comprends mieux pourquoi mon imprimeur me demandait de mettre mes photos en 300 DPI :-))

Leave A Response

* Denotes Required Field