Exemple de température de couleur

Comment comprendre la température de couleur

Lord Kelvin nous a rendu un grand service en créant son échelle de température de couleur.
Grâce à cette échelle des températures de couleur, les photographes peuvent pallier le manque de souplesse des pellicules et capteurs pour reproduire fidèlement les couleurs.

Phénomène

En poterie, quelle que soit la couleur des objets placés dans le four, à 900 degrés, ils apparaissent tous de la même couleur orangée !
Nous avons tous observé les couleurs particulièrement chaudes et rougeoyantes des couchers de soleil.

Il faut être plus attentif pour constater les changements de couleur de la lumière tout au long de la journée, les nuances sont plus subtiles mais bien présentes !

Nous ne sommes pas équipés d’un computer, mais doté d’un cerveau !
Nous interprétons la réalité comme cela nous arrange !

Quelle que soit l’heure de la journée, nous décidons qu’un drap blanc est blanc, même si la lumière ambiante lui donne une petite dominante rosée, jaune ou verte ( en séchant sur un fil dans un beau pré normand !)

La pellicule, beaucoup plus objective que nous, enregistrera la scène, avec la vraie couleur de ce drap, au moment de la prise de vue.

Ce phénomène, bien entendu, ne devient un problème qu’en prise de vue couleur.
En noir et blanc, de toute manière, le drap sera reproduit par un léger gris.

Adapter la température de couleur

Grâce aux travaux de Lord Kelvin, les fabricants d’émulsion ont pu nous proposer des pellicules adaptées aux cas les plus souvent rencontrés.

Pour les cas plus particuliers, il est possible d’adapter la nature de la lumière à la pellicule utilisée, en utilisant des filtres adéquats qui vont modifier la couleur de la lumière qui entre dans l’objectif.
En photographie numérique, pour adapter son appareil à la température de couleur ambiante, il suffit de faire le « réglage du blanc »

Principe de l’Échelle Kelvin

Pour établir son échelle, Lord kelvin est parti du zéro absolu, température de l’azote liquide, -273°C.

Pour comprendre le raisonnement, imaginez ce qui suit :

  • Éclairez une feuille de papier blanc à l’aide d’une bougie.
  • Placez un objet noir dans un four électrique.
  • Augmentez la température du four jusqu’à ce que l’objet ait la même couleur que la feuille de papier éclairée par la bougie.
  • Mesurez la température et ajoutez 273°C, vous aurez la température de couleur de la lumière qui éclaire la feuille de papier, en kelvin !

Lumière du jour égale à 5500 K

En appliquant cette méthode, la lumière du jour standard est de 5500 K.

Ça ne veut évidemment pas dire que cette lumière chauffe à 5500°C, nous n’y résisterions pas !
Cela veut dire que la lumière émise par le soleil, en milieu de journée a la même couleur qu’un objet noir, dans un four porté à une température de 5500°C – 273°C soit 5227°C.

Vous savez maintenant pourquoi on parle de température de couleur !

SourceTempérature de couleur en Kelvins
Bougie1 500
Soleil levant / couchant2 000
Ampoule de ménage2 900
Flood 32003 200
Flood 34003 400
Flash Magnésique3 800
Tube fluo4 500
Flash Magnésique Bleu5 000
Flash Électronique5 000 à 6 500
Lumière du Jour5 500
Ciel Nuageux7 000 à 9 000
Ciel Polaire10 000 à 12 000

Ces données sont approximatives.
Les données exactes ne peuvent être relevées qu’à l’aide d’un appareil de mesure : le “thermo-colorimètre”.

Pellicules et température de couleur

Il n’était bien sûr pas possible de fabriquer une pellicule pour chaque ambiance lumineuse.
Les fabricants ont donc adopté quatre situations spécifiques.

  • Les pellicules “type lumière du jour” sont équilibrées pour une température de couleur de 5500K, utilisable en lumière naturelle et au flash.
    Sans demande particulière, votre vendeur, vous vend toujours des pellicules pour lumière du jour (daylight), négatif ou diapositive.
  • Les pellicules type lumière artificielle 3200K (Tungstène)
    Les pellicules type lumière artificielle sont équilibrées pour une température de couleur de 3200K.
    Température de couleur qui correspond à la couleur émise par les lampes flood 3200.
    C’est le type de pellicule qui vous sera remise lorsque vous demandez une pellicule lumière artificielle.
    Il s’agira principalement de films inversibles (diapositive).
    Il n’existe quasiment pas de pellicule négative pour lumière artificielle.
    En effet, la photo finale, le tirage sur papier peut-être rééquilibré par filtrage sous l’agrandisseur, il suffit d’utiliser le filtre adéquat pour améliorer les résultats.
  • Les pellicules type lumière artificielle 3400K, équilibrées pour une température de couleur de 3400K sont employées en cinéma.

Comment mesurer la température de couleur ?

Le thermocolorimètre étant un appareil particulièrement coûteux (environ 1500 € !) la plupart du temps, un abaque de conversion sera suffisant pour adapter le filtre nécessaire à la prise de vue.
Retenez qu’une pellicule type lumière du jour + un filtre 80A réagit comme une pellicule tungstène 3200K.

De la même manière, une pellicule tungstène 3200K + un filtre 85B réagit comme une pellicule type lumière du jour.

Pour des prises de vues à faire en lumière du jour et lumière artificielle sur la même pellicule, préférez la seconde solution !
Je vous dirai pourquoi bientôt !

En photographie numérique, le problème reste le même mais il est beaucoup plus facile à traiter puisque l’on peut faire un réglage du “blanc”, c’est à dire régler la température de couleur sur l’appareil photo pour chaque vue. Mieux encore, en enregistrant ses fichiers photo en format RAW, il est possible d’étalonner la température de couleur après déclenchement !

Sur les appareils simples, il s’agit du “blanc automatique”.
L’appareil se règle seul.
Suffisant ? Dans la plupart des cas.

Sinon vous choisissez vous-même le type de température de couleur : ciel nuageux, soleil brillant, tungstène etc. ou vous faites un réglage manuel du blanc.

Température de couleur et impression subjective

Une couleur froide en impression subjective correspond à une température de couleur élevée !
Un coucher de soleil donne des couleurs chaudes, la T.C. est basse !
C’est source de confusion.

Plusieurs logiciels de traitement d’images (et des plus connus !) et de traitement de fichiers RAW disposent d’un réglage de la température de couleur sur lesquels plus vous augmentez la T.C., plus les couleurs deviennent chaudes !

C’est peut-être plus logique pour un débutant mais très choquant pour un technicien !

Pensez à liker et dire ce que vous en pensez !

3 Comments

Leave A Response

* Denotes Required Field