Testeur de profondeur de champ, gadget ou nécessité ?

Je reviens aujourd’hui sur ce dispositif qui reste assez mal compris d’un certain nombre de photographes amateurs.

Un point essentiel à régler tout de suite : le testeur de profondeur de champ, qu’il soit actionné ou pas ne changera strictement rien au résultat obtenu après déclenchement.

Utiliser ou non le testeur de profondeur de champ ne modifie en rien votre image.

Qu’est-ce qu’un testeur de profondeur de champ

Le testeur de profondeur de champ sert à visualiser, avant de prendre sa photo, l’étendue de netteté, la profondeur de champ, en fonction du diaphragme utilisé.

St-James-Great-Packington-Altar-par-Railamandabhslater

St James Great Packington Altar par Railamandabhslater.
Un exemple du sujet idéal pour vous exercer à utiliser votre testeur de profondeur de champ.

Cette fonction n’est bien entendue utile que pour les appareils photo qui permettent la visée à travers l’objectif (TTL).

Donc cette fonction du testeur de profondeur de champ n’aurait eu aucun sens sur un appareil photo compact argentique.

Par contre, le testeur de profondeur de champ devrait se généraliser et on devrait le trouver sur tous les appareils numériques, y compris les compacts, puisque tous les appareils maintenant offrent la visée TTL.

En effet, l’image que vous observez dans le viseur électronique ou sur l’écran de visée est fournie par le capteur qui capte l’image fournie par l’objectif.

Pourquoi un testeur de profondeur de champ ?

Son origine vient de l’utilisation des appareils reflex.

Lorsque l’on ferme le diaphragme, on réduit la dimension du trou qui laisse passer la lumière dans l’objectif.

Le diaphragme sert donc, entre-autre, à diminuer la quantité lumineuse qui pénètre dans l’appareil photo.

L’image que l’on observe dans le viseur d’un appareil reflex est produite par ces rayons lumineux qui ont traversé l’objectif.

Si l’on diminue la quantité de lumière passant par l’objectif, à l’aide du diaphragme, il est logique que l’image soit plus sombre dans le viseur.

Si l’image dans le viseur est plus sombre, la visée devient plus difficile, plus inconfortable.

Présélection du diaphragme

La solution avec un reflex est de viser avec le diaphragme ouvert pour pouvoir faire correctement le réglage de netteté, la mise au point et fermer le diaphragme à la valeur désirée, juste avant de déclencher.

C’est ce qui s’est fait pendant très longtemps et notamment les anciens se souviendront de l’inénarrable zénith.

Le problème, c’est qu’une fois sur deux, on oublie de fermer le diaphragme au moment de déclencher et la photo est surexposée.

La réponse à cette difficulté se nomme « la présélection du diaphragme« .

On affiche sur l’objectif pour les anciens appareils, sur le boîtier pour les nouveaux appareils, le diaphragme que l’on souhaite utiliser.

L’information est mémorisée, mais l’objectif reste ouvert à sa plus grande ouverture (f/2,8 par exemple).
Ce n’est qu’au moment où l’on presse le déclencheur, que le diaphragme se ferme à sa valeur de travail (f/22 par exemple).
C’est pratique, rapide et surtout, on oublie jamais de fermer le diaphragme à sa valeur de travail.

En contrepartie, l’image que l’on observe dans le viseur est toujours une image formée par un objectif dont le diaphragme est ouvert à la valeur maximum.

Dans notre exemple, quel que soit le diaphragme que vous pourrez choisir, en mode manuel (M), en mode automatique (P), priorité diaphragme (A ou Av) comme en mode automatique priorité temps de pose (T , Tv ou S), vous verrez toujours une image formée avec un diaphragme de f/2,8.

Donc la profondeur de champ que vous pourrez observer sur cette image dans votre viseur, sera la profondeur de champ correspondant à un diaphragme de 2,8.

Si la photo définitive au moment du déclenchement est faite avec un diaphragme de f/22, la profondeur de champ sera beaucoup plus étendue que celle que vous avez vue au moment du déclenchement.

C’est comme ça que vous vous retrouvez à faire un portrait avec un très beau fond flou dans votre viseur, et sur le tirage, la personne qui était devant un arbre se retrouve avec deux branches qui lui sortent de la tête, parfaitement nettes, comme les bois d’un cerf !

Le testeur de profondeur de champ, notre sauveur !

Le testeur de profondeur de champ est donc un dispositif soit mécanique, soit électromécanique qui permet, avant le déclenchement, de fermer le diaphragme à sa valeur de travail et de contrôler dans le viseur l’étendue de la netteté telle qu’elle sera à la prise de vue.

En utilisant ce testeur de profondeur de champ, vous fermez les lames du diaphragme, vous réduisez la quantité de lumière qui entre dans l’appareil photo, donc la visée dans un appareil reflex devient plus sombre. C’est normal.

La photo finale sera bien exposée, parce que la cellule en faisant sa mesure a tenu compte de l’ouverture de travail du diaphragme et non de l’ouverture du diaphragme pour la visée.

Sur les appareils photo à viseur électronique ou à visée sur le capteur, la plupart du temps, utiliser le testeur de profondeur de champ ne provoque pas d’assombrissement.

L’affichage compense cette diminution de la luminosité, ce qui permet, même avec un testeur de profondeur de champ en action, de bénéficier d’une image toujours aussi claire.

C’est la un argument en faveur des appareils sans miroir, comme les appareils hybrides.

La qualité des viseurs électroniques s’améliore à chaque nouvelle génération d’appareils et nous aurons bientôt des appareils photo à visée électronique aussi confortables à utiliser que les reflex, moins les inconvénients…

C’est aussi une des particularités des appareils à visée électronique, le soir, en photo de nuit, la visée est aussi claire qu’en plein jour !

Par contre, la nuit, à cause du viseur électronique, on est vite repéré, dans ce cas le reflex traditionnel est plus discret.
Mais je m’écarte du sujet du jour !

Testez le testeur de profondeur de champ !

Si vous n’avez jamais utilisé votre testeur de profondeur de champ, c’est bien dommage !
Profitez d’une journée ensoleillée, ou du moins lumineuse, en mode priorité diaphragme, sélectionnez le diaphragme le plus fermé que vous propose votre objectif (f/16, f/22 ou même f/32).

Faites la netteté sur un objet placé à environ 50 cm à 1 m de vous, en cadrant de façon à voir au loin un décor bien visible (immeuble, poteaux électriques, grue).

Observez le décor, constatez bien comme il est flou.

Sans vous déplacer, sans rien modifier de vos réglages, appuyez sur le bouton du testeur de profondeur de champ et observez la modification de la netteté des plans éloignés.

Vous pouvez constater que les éléments les plus éloignés ont gagné en netteté.
Ils apparaissent maintenant tels qu’ils seront enregistrés sur la photo que vous allez prendre.

J’espère que cet explication du fonctionnement vous incitera à utiliser systématiquement le testeur de profondeur de champ et que vous ne le verrez plus comme un gadget inutile !

Connaissiez-vous cette fonction ?
Avez-vous un testeur de profondeur de champ sur votre appareil ?
L’utilisez-vous fréquemment ?

Faites-nous part de vos expériences en laissant un commentaire ci-dessous.

 

Pensez à liker et dire ce que vous en pensez !

12 Comments

  • michel

    Reply Reply 23 novembre 2014

    Nouveau sur ton site , et ne maîtrisant pas encore suffisamment certains paramètres de mon appareil reflex (D800 + 24-70: 2,8 et 50 :1,4 +28-300:3,5-5,6);
    la question que je me pose sur la profondeur de champ et les performances des objectifs :
    Pour tirer les meilleurs qualités d’image suivant les objectifs ,on doit travaillailler vers f8,10 ou 11! mais à ces ouvertures on ne peut pas avoir forcement la profondeur de champ souhaitée?? Merci Patrick pour les infos utiles et tous les sujets que tu abordes pour des personnes comme moi qu’y souhaitent évolués dans leurs pratiques.
    Michel.

    • Patrick

      Reply Reply 25 novembre 2014

      Effectivement, il faut parfois faire des choix et c’est tout l’intérêt des focales fixes.
      En général un objectif donne le meilleur 2 crans au dessus de l’ouverture maxi.
      F/4 pour un objectif ouvrant à f/2… f/11 pour un zoom ouvrant à f/5,6 !

  • Gilles

    Reply Reply 2 mai 2013

    Justement il y a un truc qui me chiffonne avec la profondeur de champs :

    A focale fixe plus on se recule d’un sujet plus on a de profondeur de champs et plus on ferme le diaphragme aussi. Pour çà je sais d’où çà vient, je peux expliquer techniquement pourquoi, quand le cône image dépasse le cercle de confusion c’est considéré comme flou à la vision humaine.
    Par contre à distance égale quand on prend une focale plus longue, la profondeur de champs diminue et là je ne comprends plus… Le cône image devrait être plus pointu en augmentant la focale, non ?…

    Je sais que je suis un peu hors sujet mais comme çà traite de la PDC…

  • Mario Boily

    Reply Reply 24 février 2013

    Amateur (bébé en photographie), j’ai un boîtier Nikon D800.
    Quand vous mentionnez «testeur de profondeur de champ», est-ce que c’est bouton sur le côté droit appelé « Pv » ? Sinon, c’est quoi sur mon appareil? Merci

    • Patrick

      Reply Reply 24 février 2013

      C’est sans doute ça, mais n’ayant pas de D800 sous la main au moment où je vous réponds, vérifiez dans le mode d’emploi.

  • Stephane

    Reply Reply 24 février 2013

    Hello Patrick, c’est vrai que le testeur de profondeur de champs est un outil des plus utile pour qui fait de l’image avec du gros télé ou au plus près du sujet. ça me fait penser à ces petites lignes de couleurs qui cheminaient sur nos optiques à mise au point manuelle et molette de diaphragme, elle nous donnaient la distance de profondeur de champs, pas besoin de testeur, c’était comme le Port Salut, écrit dessus !! 😉
    Une couleur par diaph et il n’y avait qu’à regarder les distances sur l’échelle des distances de mise au point.

  • Philippe

    Reply Reply 24 février 2013

    Canon eos 650 d possédant cette fonction je l’utilise trés souvent.
    Sur certains boitiers comme l’eos 100 argentique que je possédait, il existait un fonction interressante qui permettait de géré son champ de netteté: il suffisait de faire deux mises au point successifs pour indiquer le champs de netteté désiré et le programme selectionnait le diaphragme adéquat.
    Eos 650d ne possède pas cette fonction mais il possède le testeur de profondeur de champ.

    • Patrick

      Reply Reply 24 février 2013

      C’est apparu sur les Eos 650 et 620 argentiques.
      Pratique en paysage, mais un peu long en photo d’action et ça avait tendance à « assurer » un peu large. Le testeur est plus précis.

  • Gilles

    Reply Reply 20 février 2013

    Bonjour,

    Mais pourquoi certains reflex numériques ne possèdent pas de testeur de profondeur de champs ?
    Pour des raisons techniques ou des raisons uniquement commerciales, sur les appareils de début de gamme par exemple comme sur mon Nikon D3100.

    Gilles

    • Patrick

      Reply Reply 20 février 2013

      Parce que la plupart des amateurs ne savent pas à quoi ça sert et encore moins comment s’en servir.
      Alors pourquoi faire la dépense de conception et fabrication d’une fonction qui ne sera même pas un critère d’achat !
      On ne devrait JAMAIS acheter un reflex ou un hybride sans testeur de profondeur de champ.

Leave A Response

* Denotes Required Field