La P de C en 2018

La P de C (profondeur de champ) en 2018, drôle de question !
Qu’est-ce que ça change d’une année à l’autre ?

P de C et fleurs
En s’approchant du sujet principal, on peut obtenir une P de C correcte !

P de C, quoi de neuf ?

Les règles de profondeur de champ ne changent pas en 2018 !
Mais le matériel, si !

L’évolution est considérable.
C’était à prévoir, mais les innovations se bousculent tous azimuts.

Les smartphones sont de plus en plus performants.
Tous le monde ou presque prend des photos souvenir de cette manière.

 

On s’étonne des performances…
Et le reflex reste de plus en plus dans le fourre-tout…

Et le fourre-tout, de plus en plus au placard !

De nouveaux logiciels, de nouvelles applications offrent des possibilités de plus en plus séduisantes

Et la P de C dans tout ça ?

Quelque soit l’appareil utilisé, plus le capteur est petit et plus vous aurez de difficultés à créer des flous sur les lointains (le bokeh).
On s’habitue de plus en plus, dans les reportages, à la télé, à voir des images « nettes partout » !

Obtenir une grande profondeur de champ est à la portée de tous, quel que soit l’appareil utilisé !

Les amateurs un tant soit peu avertis, savent que pour mettre en valeur un sujet, rien de mieux qu’une profondeur de champ bien gérée.
Les recherches dans Google montrent que c’est un sujet très recherché, avec une explosion des recherches sur la profondeur de champ depuis aout 2017 !

Une vraie frénésie !

Pourquoi doser la P de C semble si difficile ?

Ce n’est pas à proprement parler « difficile », la recette est simple (juste un réglage d’ouverture, de diaphragme, si vous préférez…) et je vous donne tous les détails dans cet article.

La difficulté vient du fait que vous ne disposez en général que de petits capteurs numériques.
Petit capteur = grande profondeur de champ !
Un point, c’est tout !

Deux solutions en cassant votre tirelire :

  • Acquérir un grand capteur (à partir du 24×36)
    (N.B. Jusqu’à l’arrivée du numérique, le 24×36 était considéré comme un petit format…)
  • Photographier avec un téléobjectif à grande ouverture

Une solution plus économique :

  • Toujours placer votre sujet principal à moins de 50 cm de votre objectif !

Dernière solution pour doser la P de C

Tricher !

Eh, oui, c’et pas beau de tricher…
Mais ça peut être artistique !

Avec votre traitement d’image, vous créez une profondeur de champ à volonté !

A la prise de vue, ça prend une fraction de seconde, au traitement d’image, ça se compte en 1/4 d’heures, surtout au début…
Quand on veut un résultat correct.

Les applis avec fonction profondeur de champ arrivent à grand pas !
On en reparle bientôt !

C’et article vous a intéressé ?
Pensez à laisser un commentaire !

Une bien mauvaise habitude à perdre !

Il est plus facile de prendre de bonne habitudes que d’en quitter une, même quand on comprend combien elle est préjudiciable !
Voilà la plus mauvaise habitude à perdre dès aujourd’hui !

Mauvaise habitude : hésiter !
Mauvaise habitude : oublier de tester ses réglages avant l’évènement. Une bonne habitude, être prêt et déclencher sans hésiter dès que l’expression est là !

L’hésitation

Une seconde d’hésitation et c’est un chef-d’œuvre qui disparaît à tout jamais !
Cet instant ne se reproduira plus jamais !

Mieux Photographier

Pourquoi cette mauvaise habitude ?

Peur de ce que les gens pensent de vous.
Cette peur du « qu’en dira-t-on » !

Ne vous préoccupez pas de ce que les gens pensent.
C’est une règle de vie, pour votre vie quotidienne.

Une autre mauvaise habitude

Ne pas hésiter c’est bien, mais ne faites pas n’importe quoi pour obtenir une photo malgré tout !
Si un enfant tombe par la fenêtre, pensez à amortir sa chute plutôt qu’à vous précipiter sur votre appareil !!!

Une bonne habitude

Par contre, n’hésitez pas un instant à déclencher devant un enfant ou un adulte en pleur si vous sentez une image forte.
Souvent vous n’osez pas déclencher face à un inconnu, vous vous sentez fragile, exposé.
Vous avez peur de déclencher, même si vous vous ressaisissez, souvent, il est trop tard !
Une fraction de seconde d’hésitation et c’est une seconde de trop par manque d’audace.

La prise conscience

J’ai vécu cette situation avec mon grand-père, il y a bien longtemps.
J’ai 14 ans quand ma grand-mère me demande de le photographier avec ses médailles.

Mon grand-père est un « Poilu » de 14-18.
Engagé à 17 ans, il a fait toutes les grandes campagnes, pour être gravement blessé dans les derniers moments de la trop fameuse « Offensive Nivelle », au Chemin des Dames.
Mais avant, il s’est souvent fait remarqué pour ses actes de bravoure.
Ma grand-mère me raconte discrètement tous ses actes héroïques.
Lui, ne nous en parle jamais.
Il est même agacé quand quelqu’un en parle.
Je suis impressionné lorsque ma grand-mère sort sa veste couverte de médailles.

Je me lance…

J’ai repéré un champ, près de chez eux évoquant les grandes étendues des plaines de l’Est.
Le jour venu, j’y ai conduit mon grand-père.
Pendant que je me prépare et règle mon appareil, j’arrête un instant de parler avec lui.

Quand je porte à nouveau mon regard vers lui, il n’est plus là !
Il est là-bas, dans les horreurs vécues 50 ans auparavant.
Il a une expression incroyable.

Lui solide comme le roc, il est là, l’œil humide, la lèvre tremblante.
La photo pouvait être magnifique, d’une puissance rare…

Je n’ose pas !
Mélange de gène, de pudeur, de timidité, mon doigt reste paralysé sur le déclencheur !
Je ne peux pas !

Alors, je lui parle, je le distrais, je le ramène à nous…
Je fais une photo banale, sympa mais banale.
Techniquement correcte, mais quelconque.
Il est souriant.
Ma grand-mère est contente et me demande un agrandissement.

Trop jeune et non préparé, j’ai raté ce jour-là une des meilleures photos que les hasards de la vie nous offrent.
Je sais maintenant comment faire.

Se débarrasser d’une mauvaise habitude s’apprend !

J’ai réussi à perdre cette mauvaise habitude en apprenant à photographier, en connaissant mieux mon matériel.
Bref, en prenant confiance en moi, tout simplement !

Vous devez être prêt mentalement.
Vous ne devez pas avoir le sentiment de voler quelque chose à la personne photographiée.
Au contraire, vous devez déclencher en ayant profondément ancré en vous la certitude de rendre un service à l’humanité en immortalisant de tels instants.
Vous allez offrir aux autres la possibilité de vivre par procuration un de ces instants intenses.

Je sais maintenant conditionner les gens, si nécessaire, pour faire monter ces émotions.
Les fêtes arrivent, sachez en profiter pour saisir ces moments uniques, des enfants radieux devant leurs cadeaux, appareil prêt à déclencher.

Et vous, vous arrive-t-il d’hésiter avant de déclencher ?

Dites-le nous en laissant un commentaire ci-dessous

Mieux Photographier
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Photographe amateur versus photographe professionnel

On me demande souvent ce qui fait la différence entre un photographe amateur et un photographe professionnel.

Mieux Photographier

Les connaissances du photographe amateur

On pourrait penser que la différence se fait au niveau des connaissances du photographe amateur qui serait moins étendues que celles du photographe professionnel.
C’est souvent vrai, mais pas toujours !

photographe amateur ou  professionnel ?
Photographe amateur ou photographe professionnel ?

Certains amateurs très passionnés ont choisi de se former de façon sérieuse et sont parfois mieux informés que certains professionnels.
Je pense précisément à certains photographes de mariage, vivant de leur activité photo.
Ce sont donc des professionnels.

Pourtant, un certain nombre d’entre eux ne savent pas utiliser correctement un flash.
Ils profitent des nouvelles performances des appareils photo, en sensibilité très élevée pour photographier uniquement en lumière naturelle.
C’est quelquefois  un choix esthétique, quelquefois ce n’est qu’un pis aller.

Le photographe amateur est moins bien équipé

Du temps de l’argentique, avec un appareil simple, de bonne marque, équipé d’un bon objectif et d’une bonne pellicule, à condition de savoir s’y prendre,un amateur pouvait produire une image en tous points identique à celle fournie par un photographe professionnel.
Ce n’est malheureusement plus le cas aujourd’hui.

Les professionnels disposent de matériel de moins en moins accessible à un amateur, hormis un amateur (très) fortuné.
Certains appareils photo moyen-format atteignent le prix d’un petit appartement de province et pour les hauts de gamme professionnelle, le prix d’un studio à Paris !

Si l’on compare un photographe professionnel et un photographe amateur utilisant du matériel 24×36, il est encore possible d’avoir un matériel équivalent.
La différence sur le matériel n’est pas absolument essentielle.

Vraie différence entre photographe amateur et professionnel

La différence entre photographe amateur et photographe professionnel se situe ailleurs.
La vraie différence se situe dans l’emploi du temps de l’un et de l’autre.
Je m’explique.

Le photographe amateur déclenche lorsqu’il est de bonne humeur, lorsque le sujet lui plaît, que la lumière correspond à ce qu’il a envie de montrer.
Le photographe professionnel n’a pas le choix.

On lui impose, dans un délai donné, de créer l’image dont on a besoin.

Compte tenu des délais de mise en page et l’impression et de distribution, les catalogues d’été sont très souvent photographiés durant l’hiver.

Il n’est pas rare de demander, par un froid glacial, une lumière grise de réaliser la photographie d’une serveuse de café en patins à roulettes, minijupe et T-shirt estival de servir un couple de touristes en train de se prélasser au soleil sur la terrasse.

Au photographe de créer la lumière dont il doit disposer, réunir tous les accessoires indispensables… y compris la cabine ambulante pour réchauffer les modèles entre 2 prises !
La vraie différence se fait donc sur le travail à la commande.

Et vous ? Photographe amateur ou professionnel ?

Si vous voulez devenir un vrai photographe amateur de talent, vous devez agir comme un professionnel !
Fixez-vous des objectifs précis pour la réalisation d’une photographie en travaillant comme s’il s’agissait d’une commande pour quelqu’un d’autre :

  • Déterminez, sur le papier à quoi doit ressembler votre photo.
  • Mettez un maximum de détails.
  • Fixez-vous un délai de réalisation.

C’est en fait la meilleure façon de préparer une photo pour participer à un concours, par exemple !

Et vous, comment voyez-vous la différence entre un photographe amateur et un photographe professionnel ?
Exprimez-vous en laissant un commentaire ci-dessous.

Mieux Photographier
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Blue hours, les heures bleues

Toronto in the blue hours

Lumière particulière aujourd’hui dans toutes les bouches des photographes numériques de la nouvelle génération.
Cette lumière aux effets presque magiques est connue et utilisée par tous les photographes professionnels depuis des dizaines d’années.
 
Mieux Photographier
 
Associées judicieusement à des films argentiques renforçant l’effet, ainsi que des filtres correcteurs de couleur, ces Blue hours permettent de superbes effets dont le secret de la réussite a été jalousement gardé par les professionnels jusqu’à l’arrivée d’Internet et de la photographie numérique.

Blues hours comme heures bleues

La photo étant née en France, il m’est toujours désagréable d’utiliser des termes anglo-saxons à la place de notre beau français.
Mais, c’est comme ça c’est la mode il faut trouver des termes plus modernes pour exprimer la même chose !
Ainsi en est-il des Blue hours et des Golden hours !

Les Blue hours avant les Goldens hours

Les heures bleues correspondent à cette période très particulière du crépuscule du matin ou du soir.

Blue Hours : Pont à South Queensferry
Un pont à South Queensferry avec cet effet particulier des Blue Hours.

Le soleil n’est pas encore apparu à l’horizon, le matin où vient de disparaître, le soir.
Les lumières rouges et jaunes se perdent dans l’espace.
La lumière bleue d’une longueur d’onde plus courte se trouve diffusée dans l’atmosphère et beigne tout notre environnement dans cette belle lumière douce.

Blue hours, lumière des photographes de voitures

Un grand nombre de photographies de publicité pour les voitures sont faites très tôt le matin en lumière ambiante.
Pour obtenir l’effet désiré, il est nécessaire de travailler sa lumière avec de grands réflecteur.
Les mêmes techniques sont utilisées pour de superbes photos de piscine.

Blue hours et paysages

C’est aussi une lumière particulièrement appréciée pour la photographie de paysage.

Blue hours du matin, chagrin !

Vous pourrez constater quelques nuances de couleur mais la différence se fera ailleurs.
Contrairement à la lumière du soir, vous bénéficierez en plus du calme du réveil de la nature.
C’est le moment de photographier de grandes surfaces d’eau immobile, sans une ride.
À cette heure, l’air est très calme, sans impureté… C’est le moment des photos romantiques… et de piscines !

Autre avantage, si vous êtes un peu pris par le temps, bien que la couleur de la lumière et sa nature change, vous pourrez continuer à photographier, ce que ne vous permet pas le soleil couchant.

Blue hours du soir, espoir

Une des plus grandes différences entre les heures bleues du matin et les heures bleues du soir sera la présence d’éclairages artificiels, d’éclairages publics ou d’éclairages des façades.

Toronto in the blue hours
Reflets sur l’eau à Toronto durant les blue hours du soir.

Ce mélange de lumière chaude et froide est toujours payant avec des rendus très différents selon les sujets photographiés.

Blue hours encore plus bleues !

Comme je l’écrivais plus haut, pendant très longtemps ce fut le secret des professionnels, jalousement gardé de ces superbes photos faites dans les heures bleues.
Il suffisait d’utiliser un film le lumière artificielle.

La lumière tungstène étant riche en ondes rouge et jaune et pauvre en lumière bleue, les films lumières artificiels sont conçus de manière à déséquilibrer la balance des blancs.
Les films lumière tungstène amplifient la couleur bleue au détriment des teintes allant du jaune au rouge.
En utilisant un film lumière artificiel en fin de journée, toutes les photos se retrouvent avec une dominante bleue : exactement l’effet recherché !
De plus, ce film lumière artificiel va refroidir légèrement les couleurs chaudes des éclairages publics ou des éclairages de façade.
On gagne sur tous les plans !

Blue hours et photo numérique

En argentique, il n’est pas question, du moins sur les appareils photo destinés au grand public, il n’est pas question de changer de films entre deux prises de vue.
Un film entamé devant être utilisé jusqu’au bout, à moins de placer un filtre pour l’utiliser en lumière du jour.
Ces films réservés normalement à un usage professionnel ont toujours été mal connus des amateurs et souvent mal utilisés.
La photographie numérique apporte ces techniques professionnelles sur un plateau pour les amateurs du XXIe siècle !

Il suffit de régler la balance des blancs de votre appareil photo sur lumière artificielle ou lumière tungstène pour obtenir le résultat désiré directement, en JPEG.
Comme ça me suffit pas à un certain nombre de débutants fascinés par les curseurs des traitements d’images, nous assistons à une déferlante de paysages de nuit avec d’invraisemblables ciels bleus.
Nous sommes plutôt dans la caricature… ça se calmera !

Restez modérée dans vos effets approchez-vous le plus possible de la réalité et vous passerez Maître en Blue hours !
 
Mieux Photographier
 
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Eclairage de studio, les bases

Base d'éclairage en studio

Hier, j’étais reçu par Antoine Peytavin pour vérifier son éclairage de studio.

J’ai rencontré pour la première fois Antoine, samedi  dernier au cours d’un séminaire.
Nous avons sympathisé.

 

Bases de l’éclairage de studio : éclairage dur / éclairage doux

Antoine Peytavin, blogueur du site http://jerecuperemonex.com publie des contenus en vidéo.
Il avait vu certaines de mes vidéos et m’a demandé quelques conseils pour régler ses éclairages.
Invité à prendre un café, hier dans ses locaux, je lui donne quelques conseils.

Antoine a filmé une partie de notre rencontre.

Pensez à ces notions avant de vous lancer dans
l’acquisition d’un éclairage de studio inadapté.

Base de l’éclairage de studio et ISO

Pour en savoir plus sur « équilibrer un éclairage » et les « rapports d’éclairement », suivez ce lien !

Il y a souvent une confusion entre les ISO qui permettent de s’adapter à la quantité de lumière disponible et la qualité de l’éclairage.

Une fois que vous avez compris les principes de base de l’éclairage en studio, vous êtes capable de faire des prouesses, que ce soit avec des flash pro, des bougies ou même des lampes de poche !

Il y a même des combines simples, d’une facilité déconcertante pour équilibre la puissance des éclairages, sans utiliser de flashmètre ou autre appareil de mesure.

Je vous explique tout ça ici.
Souvent il vaut mieux investir un peu dans une formation pour investir plus intelligemment dans un bon matériel durable.
Si c’est vrai en général en photo, ça l’est encore plus dès que l’on parle d’éclairage de studio !
Aujourd’hui, les éclairages changent, on découvre les LED !
C’est nouveau ! Ok, mais ça s’équilibre de la même manière que les flash

Faites-vous bien cette différence entre ISO et éclairage de studio ?
Faites-nous part de vos réflexions en laissant un commentaire ci-dessous.

Mieux Photographier
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Vous verrez les photo-souvenir autrement !

Souvent, quand on entend parler de photo souvenir ou de photos de vacances, c’est avec un léger accent de dédain !
 
Mieux Photographier
 
La photo n’a pas seulement un rôle artistique, de représentation plus ou moins exact de la réalité.

 

 

 La photo est vecteur d’émotions

Vous-même, ne vous est-il jamais arrivé de rester en arrêt, de vous attacher à une photo totalement nulle sur un plan technique, plutôt pitoyable quant à la composition et pourtant…
Que d’émotions attachées à ce petit morceau de papier glacé !

Photo souvenir : enfants dans la neige.
Les enfants apportent toutes leurs lettres de noblesses aux photo-souvenir !
© Marzanna Syncerz – Fotolia.com

J’ai beaucoup aimé cette intervention de Steven Addis.
Elle m’a rappelé un de mes grands regrets.
J’ai toujours regretté de ne pas avoir photographié mon plus jeune frère (il a 14 ans de moins que moi), tous les ans, pour immortaliser les transformations de son visage, surtout à l’adolescence, quand son petit nez droit s’est conformé au moule de la famille.

La photo souvenir du photographe disparu

Au cours d’une émission, d’un reportage TV, j’ai beaucoup apprécié la réflexion d’un Africain, un chef de village, il me semble : « Je n’aime pas la photographie, elle fait disparaître quelqu’un ! »

Il voulait dire par-là que le photographe n’apparait jamais sur les photos !

Vos photo-souvenir en autoportrait

Évoqué dans la vidéo, voilà un exercice très intéressant que je donne à faire, tous les ans à mes élèves : « Faites votre autoportrait ».

Exercice très intéressant pour les difficultés techniques qu’il représente et pour la difficulté que l’on a à poser naturellement, seul devant son objectif.

Si vous n’avez jamais essayé, vous serez peut-être surpris de vous retrouver aussi intimidé(e) devant votre appareil qu’en posant devant un photographe braquant son appareil photo sur vous !

Faites-moi part de votre ressenti sur cette vidéo et
sur l’auto-portrait en laissant un commentaire ci-dessous.

 
Mieux Photographier
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Hyperfocale automatique

Calculer l’hyperfocale, c’est complexe !
Repérer l’hyperfocale sur l’objectif, facile… quand les repères sont gravés !
Et même avec les repères, sur un zoom, c’est souvent mission impossible !
Alors ?
Mieux Photographier

L’hyperfocale automatique !

Ce n’est pas nouveau, l’hyperfocale automatique est apparue avec les premiers EOS Canon, EOS 650, dans les années 80 (1980 quand même !)
C’est ultra-simple, il suffit d’utiliser le programme « Depth », abréviation de « Depth of field », profondeur de champ en anglais.

Sur les modèles les plus anciens, il faut agir en 3 temps.
On appuie 3 fois à mi-course sur le déclencheur :

Mode Depth = mode « Hyperfocale »

  1. Mise au point auto sur le premier plan devant être net ;
  2. Mise au point auto sur le dernier plan devant être net ;
  3. Un dernier appui sur le déclencheur pour voir la mise
    au point se régler sur une distance intermédiaire.

Il ne reste plus qu’à recadrer sa photo, doigt toujours appuyé à mi-course sur le déclencheur, puis finir de déclencher, pour obtenir une photo parfaitement nette du premier plan à l’arrière plan !
Vous disposez de la plus grande profondeur de champ possible ! Génial, non ?

Oui mais l’hyperfocale répond à des règles

Même en automatique, on ne peut pas décider de son hyperfocale sans un minimum de réflexion !
Si vous choisissez un premier plan situé à 1m, un arrière plan à l’infini, 100 ISO, à la nuit tombante, avec un zoom réglé sur 400mm en 24×36, à main levée, vous risquez de rencontrer de sérieux problèmes…

Quelques notions d’hyperfocale

Pour fonctionner, l’appareil privilégie un diaphragme assez fermé.
En conséquence, le temps de pose sera relativement long.

Pour éviter de demander l’impossible à votre appareil, faites un rapide calcul avec un de ces calculateurs d’hyperfocale, pour les focales extrêmes de votre (vos) zooms et un diaphragme de f/11 et f/16 :

Vous aurez ainsi une idée assez précise de ce que peut vous offrir votre objectif.
De cette manière, vous utiliserez de façon sensée et efficace cette option réellement très pratique en photo de paysage et d’architecture.

La fonction A-Depth, hyperfocale totalement automatique

Sur les modèles Canon EOS les plus récents, le fonction est totalement automatisée.
Selon des critères pré-établis, le boitier choisit seul les capteurs de mise au point adéquates et gère totalement le choix du premier plan et de l’arrière plan.
En théorie, l’appareil calcul seul sa mise au point idéale, basée sur l’hyperfocale la mieux adaptée à la scène photographiée.

Bientôt, l’appareil photo moderne sera moins contraignant qu’un chien, on aura même plus à le sortir !

Les autres marques et l’hyperfocale automatique

Est-ce une histoire de brevet ?
A ma connaissance, seul Canon propose un système automatique de gestion de la profondeur de champ.
Mal connu des amateurs photo, beaucoup ignorent totalement le fonctionnement et l’utilité du programme « Depth »;Personnellement, je le trouve assez ludique.

Mieux Photographier
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Dates du salon photo 2013

Le Salon de la Photo 2013 revient au Parc des Expos de Paris, Porte de Versailles du 7 au 11 novembre 2013.
81 000 visiteurs sont venu l’an passé.
 
Mieux Photographier
 

Cette année le salon de la photo est riche en nouveautés, pour les découvrir, cliquez ici !

 

Dates du salon de la photo 2013 et votre entrée gratuite
Voici les prochaines dates du salon de la photo 2013.
Cliquez sur cette image pour bénéficier d’une entrée gratuite !

Pourquoi visiter le salon de la photo ?

Ont y apprend rarement des choses exceptionnelles !
L’ambiance, les expositions, les conférences méritent le déplacement.
Pour un amateur, la visite du salon de la photo permet d’approcher le matériel professionnel difficile à voir en temps normal.
La prise en main d’appareils mythiques est un plaisir pour certains.
Les démonstrations et surtout les discutions avec les démonstrateurs de traitement d’image permettent quelquefois d’apprendre des astuces très efficaces.

Dates du salon de la photo

Notez les dates du salon de la photo 2013 : du 7 au 11 novembre à la Porte de Versailles.

Entrée gratuit au salon

Pour visiter l’édition 2013 du Salon de la Photo, le plus grand salon photo en France et économiser 11€,
profitez de votre invitation gratuite, (ça fait plus chic qu’entrée gratuite !)
Cliquez sur ce lien et vous pourrez vous inscrire pour visiter gratuitement le salon photo.

Infos pratiques :

Salon de la Photo 2013
Du 7 au 11 novembre
Lieu : Porte de Versailles – Pavillon 4
Bus 80
Métro ligne 8
Tramway 3A
 
Mieux Photographier
 
Si cet article vous a aidé à obtenir votre entrée gratuite au salon de la photo 2013, merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Comment réussir vos photos d’automne

Cabane au canada, automne

Les couleurs d’automne sont séduisantes et relativement simples à photographier.
Voici quelques conseils pour y exceller.
Cet article est illustré de quelques photos envoyées par une de mes stagiaires du cours « Dominer la Photo » lancé en mai, Gisèle.
Gisèle D. réside au Québec et m’écrit « J’ai plaisir à vous offrir quelques clichés de notre belle Mauricie enflammée. »
La Mauricie est une région du Québec, située à la jonction de la rivière Saint-Maurice et du fleuve Saint-Laurent.

 

Photo de brume mettant en valeur les couleurs d'automne saisie par Gisèle D. en fichier jpg.
Photo de brume au milieu des arbres saisie par Gisèle D.
Prise de vue Canon EOS 7 en fichier jpg.

La bonne lumière d’automne

Vous profiterez de trois moments privilégiés pour réussir vos photos de couleur d’automne.
 
Mieux Photographier
 

La lumière du matin pour les lève-tôt !

Heureusement, à l’automne le jour se lève un peu plus tard et ne demande pas de trop gros sacrifices.

  • Principalement à la campagne, mais aussi en ville, près d’un grand plan d’eau, vous profiterez des premiers rayons du soleil jouant avec les brumes matinales flottant à quelques centimètres au-dessus de l’eau calme.
  • Dès le matin, la brise n’est pas encore établie et l’eau vous offre un miroir parfait, sans aucune ride.

La lumière chaude du matin s’accorde très bien avec les couleurs dorées des feuilles d’automne.
Effet garanti !

Juste après la pluie !

Bien connu des Bretons et des Normands, ce moment magique de lumière, immédiatement après la pluie, vers 5h00 du soir, lorsque le soleil jaillit soudain entre de gros nuages noirs.
Les verts et les couleurs d’automne sont saturés, comme si on les photographiait avec un filtre polarisant !
Laissez l’appareil photographier en automatique, balance des blancs sur lumière du jour pour un effet naturels, en jpg, balance des blancs sur « Ombres découvertes » pour un effet plus marqué.

 

Faites confiance à votre appareil. Affichez -1/3 à -2/3 si nécessaire, selon votre appareil en priorité ouverture pour saisir un arc-en-ciel.
Il faut être prêt à saisir ces moments magiques
comme un arc-en-ciel.
Faites confiance à l’automatisme de votre appareil(Av).
Affichez -1/3 à -2/3 si nécessaire, selon votre équipement.
Canon EOS 7 – Fichier jpg – Par Gisèle D. Québec.

En fin de journée

Immortalisez des contre-jour saisissants mettant en valeur la transparence et la couleur des feuilles, dans la première heure ou la dernière heure du jour.
Les « golden hour » ou « magic hour » , pour celles et ceux qui ont du mal à se rappeler que la photographie est née en France !

Profitez du coucher du soleil et du crépuscule.
Personnellement, je préfère le lever… on est moins limité par le temps !

 

Opposition des ton chauds et froids.
Une composition équilibrée, évitant de cadrer le ciel.
Composition s’appuyant sur les points de force.
Contraste tons chauds de l’automne en opposition
aux tons froids de la « cabane… au canada ».
Canon EOS 7 – Fichier jpg par Gisèle D. Québec.

Filtre polarisant pour saturer

Avec une certaine orientation (soleil en arrière du photographe) et en évitant l’usage d’un objectif grand angle, vous pouvez accentuer la saturation des couleurs en utilisant un filtre polarisant.
Attention toutefois, à ne pas exagérer l’effet qui devient vite trop visible, peu naturel.

Fichier raw pour créer votre automne

Les fichiers raw offrant des possibilités de correction des couleurs plus étendues que sur le JPEG.
Faites attention à ne pas tomber dans le travers trop tentant de pousser les curseurs de Lightroom un peu loin !
Gares aux couleurs improbables !
En photogravure, on appelle cela faire du « Mickey  » !

Météo et l’automne

L’automne est une période magique pour le photographe, tous les jours sont bons à prendre, quel que soit le temps, ensoleillé ou pluvieux !

  • Par temps pluvieux, photographiez au travers d’une fenêtre, d’un pare-brise.
  • Jouez sur la profondeur de champ.
  • Les gouttes de pluie nette sur la vitre et le fond de feuillage roux légèrement flou peut-être des plus esthétiques, surtout lorsque ce fond est en fin de compte assez banal.
  • Au contraire, si le fond est particulièrement intéressant, une netteté parfaite sur ce fonds est un léger flou sur les gouttes d’eau de la vitre créeront une ambiance parfaitement adaptée.

Photographier les brumes d’automne

Les photos de brumes, au lever du jour, en contre jour, laissant émerger un clocher, des arbres, sont toujours saisissants.
Pour les réussir, trouvez un endroit surélevé, au-dessus de la nappe de brouillard.
Une barque, une péniche flottant sur un nuage font toujours leur effet.

Les premiers plans

  • Méfiez-vous des grands espaces vides, principalement au bord des rivières ou des lacs.
  • Faites en sorte de donner de la profondeur à vos images en choisissant judicieusement un premier plan :
    un cygne, une barque, une branche, un reflet dans l’eau…
    Rien ne vous empêche, de faire flotter une grande feuille en premier plan…
  • Jetez une pierre pour créer des ondes au moment du déclenchement…
  • Intégrez dans votre composition un premier plan sombre, que vous pouvez traiter en ombre chinoise si nécessaire pour faire de votre prise de vue une composition originale et bien personnalisée !

Gros plans et feuilles mortes

L’automne est aussi l’occasion de vous essayer à la photo rapprochée et la photo abstraite en mettant en valeur la structure si particulières des feuilles mortes.

Opposition des feuilles mortes claires sur fond sombre.
Jouez la transparence des feuilles.
Voyez comme ces feuilles claires se détachent du fond sombre .
Canon EOS 7 – Fichier jpg – Par Gisèle D. Québec.

 

Composites de feuilles mortes.
Composite de vues de feuilles mortes.
Canon EOS 7 – Fichier jpg – Par Gisèle D. Québec.

Faite nous part de votre expérience en laissant un commentaire
ci-dessous, sur vos réussites comme sur vos éventuelles difficultés.

 
Mieux Photographier
Vous avez aimé ?
Merci de Liker, partager et laisser un commentaire.
Juste pour me motiver à vous en donner plus !

Salon de la photo 2013, votre entrée gratuite !

logo salon de la photo

Pour obtenir votre entrée gratuite au salon photo Paris 2013, rien de plus simple, un lien à cliquer !

logo salon de la photo 2013
Pourquoi payer 11€ pour visiter le salon de la photo 2013 ?
Cliquez sur ce logo pour obtenir votre entrée gratuite.

Votre invitation gratuite au salon de la photo

 

Visuel-Salon-de-la-Photo-2013
Votre entrée gratuite au Salon de la Photo 2013 en cliquant sur cette jolie frimousse !

Pour obtenir votre invitation gratuite au salon de la photo 2013, cliquez sur une des deux images ou sur ce lien.
Ensuite, faites votre choix selon votre situation :