Cours Photo Général

Obturateur plan-focal

obturateur plan-focal
Ecrit par Patrick LOUICHE

L’obturateur plan-focal, obturateur central et vitesse synchro-flash.

Transcription vidéo obturateur plan-focal

Dans cette séquence nous allons voir les deux types d’obturateurs qui équipent les appareils photos.

Pour les appareils reflex, j’ai pris l’exemple d’un système un peu ancien, mais après vous verrez, je passe au système moderne avec défilement vertical, mais je commence avec le système à défilement horizontal parce qu’il est plus simple pour la démonstration.

Mais en fin de vidéo je parle bien en détail des obturateurs à défilement vertical et le raisonnement est le même pour les deux systèmes.

Si ce cours vous plaît, pensez à mettre un pouce, à le partager cliquez sur la cloche pour être prévenu(e) des prochains épisodes, bonnes découvertes !

Créez votre business photo

Vous êtes passionné(e) de photo, vous n’êtes pas un artiste, vous voulez arrondir vos fins de mois ?
Vous voulez arrondir votre retraite ?
Vous pouvez le faire avec la photo !
Vous pouvez gagner 400 à 2 000€ par week-end, facilement !
Si ça vous intéresse, cliquez sur ce lien !

Fonctionnement de l’obturateur

Il existe deux types d’obturateur :

L’obturateur central

Comme je vous l’ai dit dans la séquence précédente, l’obturateur central est situé dans l’objectif et l’obturateur plan-focal c’est ce qu’on vient de voir à l’instant, sur cette coupe du reflex, c’est placé près du capteur.

Cycle de déclenchement d’un obturateur central

le cycle de déclenchement d’un obturateur central fonctionne comme un diaphragme, comme un iris, les lames s’ouvrent progressivement, jusqu’à l’ouverture totale.

La totalité de la surface des lentilles de l’objectif est découverte.
La fermeture, les lames se referment jusqu’à obturer totalement l’objectif.

C’est cette caractéristique de l’obturateur central, lorsqu’on est au milieu du cycle, la totalité de la surface est dégagée.

A ce moment là, on peut déclencher un flash et quel que soit le temps de pose choisi, on aura toujours une position où l’objectif sera totalement dégagé, ce qui permet d’utiliser l’obturateur central, avec un flash, à toutes les vitesses, tous les temps de pose.

C’est un avantage considérable par rapport à l’obturateur plan-focal.
Par contre, l’accélération, le temps d’accélération, le temps d’ouverture des lames et le temps de fermeture, fait qu’on ne peut pas aller au delà du 1/500

Il y a bien eu quelques tentatives au 1/1000 de seconde, avec des obturateurs au final pas très réguliers d’un déclenchement à l’autre.

Des tentatives avec des obturateurs au 1/750, qui fonctionnaient plus ou moins bien…

La plupart des obturateurs de ce type sont limités au 1/500 et très souvent, on s’aperçoit qu’en fait, du 1/500, surtout sur des gros objectifs, où les lames sont quand même lourdes à manœuvrer, on est limité au 1/350 de seconde.

Donc, dans le meilleur des cas, à 1/500 de seconde, plus couramment 1/350 de seconde.
On peut faire de la synchro flash réellement sans problème, jusqu’au 1/350 de seconde, assez proche du 1/250 obtenu avec un obturateur plan focal.

Voilà, en animation, ce que cela donne…
Là, le flash se déclenche et ça se referme.

L’obturateur plan-focal

L’obturateur plan-focal a un fonctionnement totalement différent. Ici je vais vous montrer le cycle pour un obturateur ancien modèle, à défilement horizontal, ce qu’on ne rencontre plus, aujourd’hui, tous les obturateurs sont à défilement vertical.
Je vous expliquerai la raison dans quelques instants.

Cycle de déclenchement d’un obturateur plan-focal

L’obturateur que j’ai pris pour ma démonstration, est un modèle à défilement horizontal, avec une synchro flash au 1/60 de seconde.

Je vais vous montrer maintenant ce qui se passe quand on est au 1/60 de seconde, ou un temps de pose plus long, c’est à dire la seconde où dix secondes, 30 secondes…

La première lame s’ouvre et vous voyez que c’est un défilement horizontal de la lame…

Quel que soit le temps de pose, les lames circulent toujours à la même vitesse, mettront toujours le même temps, pour parcourir la fenêtre de l’appareil photo.

En fin de parcours, un interrupteur déclenche le flash.
Une fois le flash déclenché, la deuxième lame se referme.
L’exposition est terminée.
Les deux lames se rembobinent.

Ce sont des lames en tissu caoutchouté qui se rembobinent sur des axes verticaux.
L’appareil est de nouveau prêt au déclenchement.

Lorsque la première lame arrive en fin de parcours, si on a un flash de branché, le flash se déclenche…

Si on fait une pose de 10 secondes, le système va compter 10 secondes, avant de libérer la deuxième lame.

10 secondes, 30 secondes de pose, les lames fonctionnent toujours à la même vitesse.

Prenons le même obturateur au 1/125 de seconde.
La première lame se déclenche et lorsqu’elle atteint la moitié de son parcours, la deuxième lame se déclenche.

Un balayage produit la bonne exposition.
Les deux lames fonctionnent ensemble…
Quand la première lame arrive en fin de parcours, si le flash est allumé, elle déclenche le flash.

Obturateur plan-focal et synchronisation flash

C’est le problème.
La première lame recouvrant déjà la fenêtre d’exposition, seule la moitié de l’image reçoit la lumière du flash.
Voilà pourquoi on ne peut pas photographier au flash à toutes les vitesses avec un obturateur plan-focal.

Du moins on ne pouvait pas et je vais vous parler dans quelques instants des nouvelles possibilités mais on le verra plus en détail, quand nous étudierons le flash.

En fin de parcours, les deux lames se rembobinent, et toujours, ces deux lames fonctionnent à la même vitesse.

Le même obturateur au 1/250.
A ce moment-là, la deuxième lame se déclenche dès que la première lame a parcouru le 1/4 de la fenêtre d’exposition.
L’exposition est réglée par la largeur de la fente et non pas par les vitesses des lames.

Obturateur plan-focal et flash

Si on déclenche le flash dans ces conditions, c’est pire, on n’a plus qu’une petite partie de l’image exposée au flash.

Pour un 1/1000 de seconde, l’espace entre les deux lames est encore plus réduit.
Il arrive un moment où on est limité parce que si les deux lames sont trop serrées, on aura un problème de diffraction.

Avec ce type d’obturateur plan-focal, on a fréquemment une vitesse, enfin un temps de pose, le plus court au 1/1000 de seconde.

En accélérant un peu le défilement des rideaux on peut atteindre le 1/2000 de seconde et le 1/125, en vitesse synchro flash la plus élevée.

Obturateur plan-focal à défilement vertical

La solution adoptée aujourd’hui, est d’utiliser, non plus des lames caoutchoutées, mais des lames métalliques, qui vont fonctionner dans le sens vertical.

Pour un 24×36, au lieu d’avoir 36mm à parcourir, il n’y a plus que 24mm. Les lames métalliques peuvent fonctionner plus rapidement que des lames souples qui s’enroulent.

De cette manière, on peut avoir des temps de pose jusqu’au 1/8000, 1/12000 de seconde, toujours en jouant sur la largeur de la fente, entre le premier rideau et le deuxième rideau.

L’accélération des lames permet d’obtenir une synchro flash au 1/250 sur les meilleurs appareils, et des temps de pose jusqu’au 1/12000 de seconde.

Le résultat d’une mauvaise synchro

En défilement horizontal, dans l’exemple que j’ai donné, voilà le résultat d’un déclenchement au 1/125 de seconde avec une syncro flash au 1/60

Et un déclenchement au 1/250.

En vertical, bien entendu, on aurait cette configuration, avec la première lame qui recouvre déjà, la moitié de la fenêtre d’exposition.

HSS et Hypersync : la Haute Vitesse

Il existe maintenant des des moyens de photographier à tous les temps de pose même avec un obturateur de type plan-focal.
Nous le reverrons avec les flashs, lorsque je vais voir avec vous, les flashs électroniques.

Mais il suffit d’avoir un flash qui éclaire comme un stroboscope, c’est-à-dire qu’il envoie des éclairs successifs, à fréquence élevée, et à ce moment là, pendant le balayage, il y aura des éclairs de flash en permanence, et donc on peut faire du flash à tous les temps de pose, à condition de ne pas être trop loin de son sujet et d’avoir un flash suffisamment puissant pour pouvoir assurer un tel éclairage.

Dans la prochaine séquence nous allons voir comment régler l’exposition de votre appareil photo avec le réglage de l’ouverture, le diaphragme et l’obturateur, le temps de pose.

A nouveau, si vous êtes satisfait(e) de ce cours, mettez-moi un commentaire, partagez, ça peut aider vos amis, abonnez-vous à ma chaîne et cliquez sur la cloche, pour être prévenu(e) des prochains épisodes.

A bientôt.

Auteur de l'article

Patrick LOUICHE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1
Comment puis-je vous renseigner ?
Cliquez sur la flèche pour démarrer la discussion. Patrick Louiche.
Powered by