Obturateur volet !

Obturateur Plan Focal

L’obturateur plan focal, familièrement appelé obturateur à rideau a un fonctionnement totalement différent de celui de l’obturateur central. Ce type d’obturateur équipe les reflex et hybrides.

Le plan focal

Le plan focal est le plan où se forme l’image nette du sujet, produite par l’objectif.
La pellicule ou le capteur numérique se trouvent exactement à cet endroit.
Ce repère est très utile en macro-photographie.

symbole obturateur plan focal
Repère du plan focal, là où se trouve la pellicule ou le capteur numérique.

Le plan focal est repéré par ce symbole peint ou gravé sur l’appareil photo

Symbole pellicule

Ce plan focal passe très exactement par le trait horizontal du symbole.
Les distances de mise au point se mesurent à partir du centre de ce symbole.
Très utile en macrophotographie.

L’obturateur à rideau se situe juste devant la pellicule ou le capteur numérique, très proche du plan focale, d’où son nom.

Il existe deux types d’obturateur plan focal :

  • obturateur plan focal à défilement horizontal ;
  • obturateur plan focal à défilement vertical.

Obturateur plan-focal à défilement horizontal

2 rideaux de toile caoutchoutée constituent l’obturateur plan-focal à défilement horizontal.
Il doit être totalement étanche à la lumière.

Ces deux rideaux de toile caoutchoutée s’enroulent et se déroulent comme un store SNCF.
Ils découvrent puis recouvrent la fenêtre d’exposition.

Vitesse de défilement des rideaux

Les rideaux se déplacent toujours à la même vitesse, quelque soit le temps de pose adopté.
La vitesse de translation des lames la plus courante est le 1/60 de seconde pour un appareil 24×36.

Pour des raisons de résistance des matériaux et de régularité de fonctionnement, pendant longtemps, ces lames parcouraient la fenêtre d’exposition en 1/30 de seconde.

36mm en 1/30 de seconde, soit 3,888 km/h départ arrêté !
C’est le cas également du Pentax 6×7 (6 x 7cm !) mais là, 7,56 km/h.

Quelques modèles atteignent le 1/125.
On se trouve dans ce cas à la limite de la résistance des matériaux.

Un petit bijou de technologie

A chaque déclenchement les rideaux doivent accélérer énergiquement, puis garder une vitesse constante.
Enfin terminer par un freinage énergique en évitant les vibrations.
Une belle performance difficile à imaginer en appuyant le déclencheur !

La vitesse de translation des rideaux est toujours la même d’un déclenchement à l’autre.
Le moment de déclenchement du deuxième rideau détermine les différents temps de pose.
Je le rappelle, les lames circulent toujours à la même vitesse.

L’exposition de la pellicule ou du capteur est le résultat du temps pendant lequel la fenêtre d’exposition est découverte entre les balayages des 1er et 2ème rideau.

Tous les temps de pose plus longs que la vitesse des rideaux sont obtenus en retardant le temps de départ du second rideau.

Obturateur plan focal en action

 

obturateur rideau ou obturateur plan focal
Schéma animé d’un obturateur rideau à défilement horizontal au 1/15

Par exemple pour des rideaux se déplaçant au 1/60, tous les temps de pose supérieurs au 1/60 sont obtenus par retard du départ du 2è rideau.
Un temps de pose du 1/60 est obtenu en lançant le 2è rideau dès la fin de parcours du 1er rideau.

Ensuite, les temps de pose plus courts sont obtenus en lançant le 2è rideau avant que le premier rideau ait terminé sa course.
Le 1/125 est obtenu en lançant le 2è rideau dès que le premier est arrivé à la moitié de sa course.
Les deux rideaux avancent de concert.

obturateur plan focal
Obturateur plan focal au 1/125

L’exposition est à présent le résultat du balayage de la « fente » créé par l’espace qui sépare les deux rideaux.

Le départ du 2è rideau, dès que le premier rideau atteint le 1/4 de la fenêtre d’exposition correspond à un temps de pose du 1/250.

Schéma animé obturateur plan focal à défilement horizontal au 1/250
On atteint la limite lorsque la fente, tellement étroite, provoque un problème de diffraction.

Obturateur plan-focal à défilement vertical

Pour atteindre le 1/2000 le défilement devient vertical.

 

Schéma d'obturateur plan focal à défilement vertical

 

La distance à parcourir est 1/4 plus courte.
Les lames sont métalliques.
Cette technique plus récente permet progressivement d’atteindre 1/4000, le 1/8000, le 1/12000.

Connaissiez-vous ce fonctionnement ?
Dites-le moi en commentaire.

A lire également

8 Commentaires

  1. Bonjour,

    merci pour ces informations claires et détaillées, j’ai cependant une question concernant les limites de translation des rideaux que vous indiquez comme indépassables au 1/125e en relation à la résistance des matériaux, ne sont-elles pas passées au 1/200e voire au 1/250e, puisque se sont respectivement les vitesses maximales de synchro flash chez Canon et Nikon ?
    Cordialement.

    1. Bonjour,
      La vitesse des lames ne changent pas d’un temps de pose à l’autre, c’est la largeur de la fente qui détermine l’exposition.
      Avec un obturateur à lames métalliques et défilement vertical, il est possible d’avoir un déplacement plus rapide des lames ce qui permet des synchro-flash au 1/250e.

      1. Autant pour moi, j’ai effectué une lecture trop rapide (pas loin de 500m seconde), les vitesses que vous donniez concernaient le déplacement horizontal… Mea Culpa
        Cordialement.

  2. Vos cours sont très clairs, j’apprends pas mal de choses . Merci pour votre générosité , répandre vos connaissances a tout le monde, ceci permet à d’autrui a évoluer .

  3. Je vous remerci infiniment
    La photographie est un art par excellence.Mais pour le maîtriser il faut avoir un savoir suffisant en optique plus un talent du maitre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.