Cours Photo Général

Pellicule photo et capteur numérique

pellicule photo et capteur numérique
Ecrit par Patrick LOUICHE
Dans cette vidéo je vous donne quelques renseignements utiles
sur la pellicule argentique avant de vous parler
des capteurs numériques dans un prochain article.
Bonnes découverte !
Vous êtes vraiment passionné(e) de photo ?
Savez-vous que vous pouvez vous faire de 400 à 2000 euros chaque week end,
et bien plus encore, avec la photo, même si vous n'êtes pas un artiste !
Si ça vous intéresse, cliquez sur ce lien
et nous en parlons de vive voix !

Transcription de la vidéo « Pellicule photo et capteur numérique »

Cette vidéo vous plaît ?

  • Pensez à vous abonner,
  • Cliquez sur la cloche pour être prévenu(e) des nouvelles publications
  • Pensez à partager avec vos amis ça peut leur être utile également !

Voyons maintenant les capteurs qui vont permettre d’enregistrer l’image.

Historiquement, le premier capteur utilisé a été la pellicule argentique.
Il a existé d’autres systèmes dans les balbutiements de la photo mais dans le développement industriel de la photographie c’était la pellicule argentique qui permettait de faire des négatifs noir et blanc.

Avec une pellicule uniquement noir et blanc, c’étaient les premières photos grand public.

La technique des photos couleur a été découverte très rapidement mais n’a été exploitée industriellement que relativement tard et s’est développée vraiment de façon massive dans les années cinquante à soixante, donc assez tardivement, presque cent ans après la naissance de la photo !

Il existe des pellicules négatives couleur des pellicules inversibles que l’on a appelé plus couramment diapositives.

Pourquoi inversible ?
Parce qu’au départ, on expose une pellicule noir et blanc ou couleurs en négatif.

Une fois le négatif exposé, pendant le développement ont fait une inversion soit par une réexposition à la lumière, soit par une inversion chimique pour obtenir une image positive.

Il est toujours possible aujourd’hui de créer des diapositives noir et blanc à partir de négatif noir et blanc !

Température de couleur

Avec les pellicules, se pose le problème de la couleur de la lumière, la température de couleur, qui varie dans la journée.

Le système argentique oblige d’avoir soit des pellicules type lumière du jour appelées couramment Daylight correspondant à une valeur moyenne de 5400 kelvin soit des pellicules « Lumière artificielle » 3200 ou 3400 Kelvin pour la lumière artificielle.

Il a été déterminé deux types de pellicule photo et une troisième pour le cinéma.

Le type A pour une source d’environ 3400K, ça correspond aux lampes flood de studio. C’est le type de pellicule qui équipaient les caméras, notamment caméra super 8.

Le Type B ou tungstène pour les lampes tungstène d’une température de couleur d’environ 3200 K.

Ces deux types de lumière correspondent à des moyennes, mais il y a de fortes disparités d’éclairage et ça oblige pour rétablir les bonnes couleurs à mettre des filtres correcteurs de couleurs devant l’objectif pour corriger la couleur de la lumière entrant dans l’appareil photo.

Ça pose d’énormes problèmes notamment avec les tubes fluo, les éclairages industriels.

C’était vraiment un souci énorme pour les photographes et d’un coût élevé parce que les filtres couleur coûtent très cher.

Aujourd’hui, certains photographes travaillent toujours en argentique !
Le choix de pellicule est plus restreint, on a beaucoup moins de choix…

Un certain nombre de photographes continuent à photographier en argentique et les problèmes se posent toujours.

Différences entre pellicules professionnelles ou pellicules amateur

Beaucoup d’amateurs souhaitant avoir une meilleure qualité achète des pellicules professionnelles sans en comprendre le fonctionnement.

Il faut savoir que les pellicules amateurs ou professionnelles comme le Kodachrome par exemple étaient fabriquées de la même manière. Les pellicules professionnelles sont découpées dans le milieu des galettes de films.

En fabrication les galettes de films peuvent atteindre entre 5 à 9 m de large. Les pellicules sont découpées dans ces grands rouleaux de film.

Il y a une meilleure régularité de l’émulsion au centre de ces rouleaux.
La pellicule professionnelle est découpée dans ce centre des rouleaux ! Les pellicules amateur sur les bords.

Sinon c’est exactement la même pellicule !
La différence se fait sur la maturation de la pellicule.
C’est à dire, une pellicule c’est comme un vin ou un fromage.
On ne doit pas l’utiliser dès que c’est fabriqué.

Pellicule photo, il faut la faire mûrir !

Une différence entre Pellicule photo et capteur numérique, la pellicule photo, il faut la faire murir !
Ce mûrissement se fait dans des chambres froides, à température constante et humidité constante.
Régulièrement on vérifie la qualité de la pellicule et lorsqu’elle est absolument parfaite, elle est mise dans le circuit commercial.

Pellicule professionnelle

Une pellicule professionnelle ne doit pas quitter la chaîne du froid !
Dès qu’elle quitte la chaîne du froid elle doit être exposée et développée immédiatement après !

Le problème est différent pour les amateurs !
La différence se fait simplement par le fait que souvent les amateurs conservent longtemps leurs pellicules dans l’appareil photo.

Ou du moins à une époque conservaient longtemps leur pellicule dans l’appareil photo !

Vu le coût des pellicules il n’était pas rare de voir des gens peu passionnés de photo démarrer une pellicule à Noël faire quelques photos au printemps et terminer pour la communion du gamin ou pour les vacances !

Il faut une pellicule capable de résister à ce traitement et également faciliter la vente en rayon !

Comme pour les yaourt un amateur n’accepterait pas d’acheter une pellicule périmée !

En fait les pellicules amateurs sont vendus pratiquement très peu de temps après la fabrication de la pellicule ce qui permet d’avoir un temps de péremption de trois années environ.

Mais elles ne sont pas à la bonne maturation ! C’est comme des fruits dans une grande surface vendus pas encore mûrs, cueillis trop tôt !

En fin de compte pour qu’un amateur utilise les pellicules amateurs dans les meilleures conditions il vaudrait mieux les conserver au frais avant de les utiliser !

Pas vraiment au froid, pas au congélateur, mais les conserver au frais à 12 ou 13° et les utiliser près de la fin de la date de péremption.

C’est là qu’on aurait le meilleur rendement mais la différence de qualité est tellement faible que dans les conditions habituelles de prise de vue d’un photographe amateur courant, les pellicules même un peu fraîche fournissent de bons services !

C’est important de connaitre cette faible différence entre la pellicule professionnelle et la pellicule amateur.

Sauf pour des références qui n’existent qu’en pellicule professionnelle, c’est vraiment la même pellicule, c’est juste la maturation qui change, ça ne vaut pas la peine de payer un supplément !

Dans la prochaine vidéo

Dans la prochaine vidéo, juste avant de vous montrer comment fonctionne le capteur numérique, je vous explique les ISO,ASA et DIN pour vraiment bien comprendre comment fonctionne votre capteur !

A bientôt !

Si ce cours photo vous plaît

  • Pensez à vous abonner
  • Cliquez sur la cloche
  • Mettez-moi un pouce
  • Pensez à partager !

Merci !

Auteur de l'article

Patrick LOUICHE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1
Comment puis-je vous renseigner ?
Cliquez sur la flèche pour démarrer la discussion. Patrick Louiche.
Powered by