Pratique

Photographier par grand froid

Photographier par grand froid, se protéger
Ecrit par Patrick LOUICHE

Photographier par grand froid, le photographe n’est pas le seul à souffrir !
Il est souhaitable d’anticiper les problèmes pour revenir avec une bonne moisson d’images et conserver le matériel en bon état.

Photographier par grand froid en argentique ou numérique

 

Photographier par grand froid à Paris sous la neige

Photographier par grand froid une Harley-Davidson à Paris sous la neige, c’est sympa… mais pas toujours pour les doigts !

 

Par temps très froid, -15°, -20°, les obturateurs à rideau peuvent avoir tendance à coller, surtout si votre appareil est un peu ancien et si vous l’utilisez rarement.

Photographier par grand froid c’est aussi penser aux batteries et piles.
Elle perdent une grande partie de leurs capacités.

La solution est de garder l’appareil au chaud, sous l’anorak et le sortir au moment des prises de vue.
En opérant de cette manière, vous éviterez la buée sur l’objectif se produisant en passant du froid au chaud.

Mieux, vous éviterez d’aider la condensation à pénètrer dans les entrailles de votre objectif avec des dégâts à prévoir à long terme.

Pour augmenter la protection, il peut-être judicieux de prévoir un filtre anti UV évitant la condensation sur le traitement multicouches de l’objectif.

Encore que…
Vous pouvez vous retrouver avec de la buée enfermée entre le filtre et l’objectif, en plaçant votre filtre avec un degré hygrométrique élevé.

Une astuce pour combattre l’humidité

Enfermez-vous dans la cuisine et laissez la porte du congélateur ouverte.
Toute l’humidité va se précipiter dans le congélateur et en très peu de temps, vous aurez un air bien sec !
C’est très utile pour préparer son matériel et éviter les problèmes de condensation !

Sur les pistes de ski, où les risques de chute ou d’éclaboussures de neige sont réels, on peut protéger l’appareil en l’enveloppant dans un sac plastique (sac de congélation par exemple), fermé par un élastique, à la base du pare-soleil.

Les appareils compacts étanches antichocs offrent à présent des caractéristiques convenables et peuvent être un bon choix si vous êtes du genre baroudeur.
Prévenir pour photographier par grand froid est toujours mieux que tenter de guérir…

Froid et photo argentique

 

Photographier par grand froid les invalides

Photographier par grand froid Paris sous la neige – Les Invalides

 

Au froid, le film devient particulièrement fragile.

  • Vous devez garder vos films dans leur boite d’origine, dans une poche intérieure.
  • Évitez de charger l’extérieur, le froid rend le film cassant.
  • Avec un film très froid, gardez la boite plastique fermée, quelques instants dans la main, pour le réchauffer.
  • Laissez votre appareil se réchauffer avant de l’ouvrir.
  • Chargez votre boitier comme d’habitude, une fois chargé, le film ne risque plus de casser.
  • Remettez le film terminé dans la boite plastique, avec le bouchon ( ça le protège aussi des poussières trainant dans la poche ou le sac photo).

Les mains au chaud

Si comme moi, vous n’aimez pas porter de gants pour photographier, et vous devez rester longtemps sans bouger pour couvrir un évènement, une solution très confortable est d’avoir une bouillotte dans l’anorak, au niveau du ventre, sur laquelle vous réchaufferez vos mains entre les prises de vue.

j’ai adoptée depuis de longues années une autre solution, les chaufferettes de poche.

Il existe deux types de chaufferettes de poche, soit, électriques à accumulation soit à catalyse.

A catalyse, l’allumage est toujours spectaculaire, en public, vous ne passerez pas inaperçu !

L’idée d’avoir un petit réservoir d’essence et un appareil à combustion dans la poche m’a toujours inquiété.
Utilisant le système depuis 20 ans, en respectant à la lettre le mode d’emploi, je n’ai jamais connu le moindre incident.

Chaufferettes à catalyse

Photographier par grand froid bien au chaud

Photographier par grand froid les mains au chaud ! Chaufferette de poche à catalyse

 

La solution pour photographier par grand froid, la chaufferette !

J’avais acheté mes premières chaufferettes à main à catalyse au magasin du Vieux campeur, à Paris.

En faisant une recherche, j’en ai trouvé à la coutellerie Dieppoise :
http://www.coutellerie-dieppoise.com/chaufferette-poche

Il y a d’autres fournisseurs et d’autres modèle comme ici sur le site Amazon
Faites vos recherches sur internet.

Si vous tentez l’expérience, laissez un commentaire pour nous faire partager votre impression sur ce type d’équipement.

Auteur de l'article

Patrick LOUICHE

2 Commentaires

  • « Les batteries et piles perdent une grande partie de leurs capacités. »
    Beaucoup moins si vous les mettez dans les poches de votre jean’s, bien au chaud. Testé et approuvé dans le froid et au plus froid à -35° pendant plusieurs jours.

    • Oui, bien sûr, excellente remarque.
      Comme pour l’appareil, les piles et batteries de secours doivent être maintenues au chaud et non pas dans un sac photo, en plein froid.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Open chat
1
Comment puis-je vous renseigner ?
Cliquez sur la flèche pour démarrer la discussion. Patrick Louiche.
Powered by